Wimbledon : Nadal a trouvé son maître

0 21.11.2011 09:40

Avant même de perdre son titre à Wimbledon, Rafael Nadal savait qu'il céderait lundi sa place de N.1 mondial, mais le plus inquiétant pour l'Espagnol est que la finale a confirmé qu'il avait trouvé en Novak Djokovic son maître sur toutes les surfaces.Le Majorquin a désormais perdu ses cinq derniers matches contre le Serbe, à chaque fois en finale, à Indian Wells et à Miami sur dur, à Madrid et à Rome sur terre battue et désormais à Londres sur gazon.Si l'on remonte à l'été 2009, l'avantage de Djokovic est de huit victoires à deux pour Nadal, vainqueur pour la dernière fois en finale de l'US Open en septembre dernier. L'hypothèse d'une vulnérabilité mentale du Serbe face à l'Espagnol dans les Grands Chelems après cinq succès de Nadal en cinq matches a été démentie.Sur le Central londonien, où le Majorquin n'avait plus connu la défaite depuis la finale de 2007 contre Roger Federer, la supériorité du nouveau patron du tennis mondial n'a pratiquement jamais fait de doute.Nadal avait même rarement été dominé à ce point dans un tournoi majeur. On se souvient de sa défaite contre Jo-Wilfried Tsonga à l'Open d'Australie (2008) ou de celle contre Juan Martin Del Potro à l'US Open 2009, mais il ne s'agissait pas de finales, où l'Espagnol avait l'habitude de se transcender (10 victoires sur 13 désormais)."J'ai perdu parce que j'ai joué contre le meilleur joueur du moment. Je suis le deuxième, a commenté Nadal, un peu désemparé. Il est dans un des meilleurs moments de sa carrière, moi aussi, mais ça ne suffit pas contre lui."Un complexe Djokovic?Nadal a subi ce qu'il avait si souvent infligé aux autres. C'est Djokovic qui a réussi les défenses les plus impossibles, les contres les plus fulgurants et qui a dirigé la majorité des échanges du fond de court, obligeant le Majorquin à se consumer dans des séances d'essui-glace exténuantes.Nadal pouvait d'autant moins les supporter qu'il est désormais dominé sur le plan athlétique par le Serbe, dont les progrès sont saisissants depuis qu'il s'est débarrassé de son allergie au gluten, cause selon lui de ses performances en dents de scie du passé. Vitesse, endurance, intensité, tout est du côté du Serbe.Mais le plus frappant est que l'Espagnol semble désormais souffrir d'un "complexe Djokovic", comparable au "complexe Nadal" qui colle à Federer.Comment expliquer sinon qu'il ait soudainement craqué à la fin du premier set et qu'il ait presque donné le quatrième set en commettant une série de fautes grossières ?"Pour gagner ce genre de match, il faut bien jouer les points importants, ce que je n'ai pas fait aujourd'hui. Ca s'était déjà produit à Indian Wells et à Miami. Je n'ai pas été aussi fort mentalement que d'autres fois", a-t-il reconnu.Nadal et Djokovic savent bien qu'en tennis tout peut se retourner très vite.Avec un retard de plus de 2000 points à l'ATP, l'Espagnol aura du mal à terminer la saison en tête du classement mondial. Mais dès le début de 2012, c'est lui qui se trouvera dans la position du chasseur et le Serbe dans celle du chassé."Un tel niveau ne dure pas indéfiniment, a dit Nadal. Quand un joueur est meilleur, la seule chose à faire c'est de travailler, d'essayer de trouver des solutions et d'attendre son heure pour le battre de nouveau", a-t-il dit.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.