Vol Rio-Paris: nouvelles recherches de l'épave en mars au large du Brésil

0 21.11.2011 09:58

De nouvelles opérations de recherche en mer de l'épave de l'Airbus A330 d'Air France, qui s'est abîmé le 1er juin 2009 au large du Brésil, vont être lancées vers le 18 mars sur une nouvelle zone de 10.000 km2, a annoncé vendredi le secrétaire d'Etat aux Transports."Cette campagne débutera sur zone le 18 mars, elle se déroulera en trois phases et s'achèvera le 8 juillet", a déclaré Thierry Mariani, lors d'une conférence de presse."Cette phase couvrira l'ensemble du périmètre de la zone dans laquelle sont susceptibles de se trouver les boîtes noires et l'épave. Elle sera entièrement financée par Airbus et Air France, soit 9,2 millions d'euros", a-t-il également indiqué."Le navire d'exploration l'Alucia doit quitter son port d'attache Seattle début février pour se diriger vers le port de Suape (Brésil) via le canal de Panama. Il y embarquera le Remus (véhicule sous-marin, ndlr) de Geomar (institut océanographique allemand) et les participants à l'expédition vers le 15 mars pour être sur la zone de recherches environ cinq jours plus tard", a indiqué dans un communiqué le Bureau d'enquêtes et d'anlyses.L'organisme, dépendant du ministère des Transports est chargé de l'enquête technique de la catastrophe qui a fait 228 morts et aucun survivant.Il s'agit de la quatrième phase de recherche de l'appareil accidenté qui pourrait s'étaler jusqu'en juillet, en trois étapes de 36 jours chacune.Les enquêteurs ont décidé cette fois de procéder à "une exploration systématique d'une zone d'environ 10.000 km2".En d'autres termes, la zone non explorée sera entièrement ratissée."En cas de localisation de l'épave, le BEA déclenchera immédiatement la phase 5" destinée à récupérer la carlingue, précise le Bureau.Jusqu'à présent, seuls 3% de l'avion et une cinquantaine de corps ont été repêchés.Les boîtes noires, enregistrant les paramètres de vol et les conversations des pilotes qui permettraient d'expliquer l'origine exacte de la catastrophe, sont restées jusqu'alors introuvables en dépit de trois phases de recherches (10 juin-10 juillet 2009; 27 juillet-17 août 2009 et 29 mars-mai 2010) dont la dernière s'est achevée le 24 mai.Au total, 21,6 millions d'euros ont déjà été dépensés dont 10 millions par le BEA et le reste réparti à parts égales entre l'avionneur Airbus et Air France.La cinquième phase éventuellement lancée serait en revanche financée par l'Etat.En l'état des recherches et des données techniques recueillies, le BEA estime que la défaillance des sondes de vitesse est un des éléments expliquant l'accident mais ne peut être à lui seul à l'origine de la catastrophe.Ces sondes dites Pitot, fabriquées par le français Thales, rencontraient des problèmes de givrage à haute altitude, les rendant inopérantes.L'association française des familles des victimes de l'accident du vol Air France Rio-Paris s'est félicitée que les autorités lancent "enfin" leur nouvelle campagne de recherche de l'épave de l'avion "au bon endroit"."Je pense que nous cherchons enfin au bon endroit. On peut se tromper bien sûr (...), mais nous avons toujours pensé que c'était dans la zone autour de la LKP (last known position, dernière position connue, ndlr) qu'il fallait orienter les recherches", a déclaré à l'AFP Laurent Lamy, de l'association Entraide et solidarité AF447.Il a expliqué que cette zone de recherche avait toujours semblé la plus pertinente dans la mesure où une nappe de kérosène avait été observée peu après l'accident ici et que, si on prenait l'hypothèse d'un décrochage d'avion, l'appareil serait tombé à plat non loin de sa dernière position connue."Nous estimons que la probabilité de retrouver l'épave est très importante", a ajouté M. Lamy tout en approuvant la méthode qui va être engagée: un ratissage systématique.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.