Vincent Cerutti oiseau de nuit manceau

0 21.11.2011 09:32

Voici peu, il animait aux côtés de Nikos l’after des NRJ Music Awards sur TF1. Regard velours et voix enjôleuse, Vincent Cerutti étend peu à peu son territoire. L’interviewer chaleureux aussi à l’aise sur les plateaux de LMTV que sur la ligne des stands du circuit, pose un pied ferme à Paris. Sans oublier sa ville natale pour autant.« Si un jour prochain je m’installe à Paris, je garderai toujours un pied à terre au Mans. D’abord, je ne pourrai pas rester longtemps sans voir mes parents, ma petite sœur et mes amis ». La promesse est sans contrainte « car j’aime vraiment cette ville » assure le grand brun qui frôle la trentaine. « Je le clame à mes amis de Paris quand je les invite. « N’ayez pas peur du Mans. C’est une ville plus séduisante que vous ne le croyez » D’ailleurs, lorsqu’ils ont vu, ils en conviennent ! ».Le Mans arpenté par Vincent a allumé ses quinquets depuis longtemps. C’est la cité d’ombres et de lumières, choisie à l’heure où les noctambules battent le pavé. Or cette part du Mans devient de plus en plus électrique. « Je suis un oiseau de nuit. Pourtant depuis quelque temps, certains quartiers prennent mauvaise tournure aux petites heures. Le climat s’est réchauffé ! Au point que je me mets en colère lorsque ma petite sœur de 17 ans me téléphone depuis la Rue du Port passé une heure du matin ».L’esprit festif disparaîtAlors Vincent Cerutti se détourne peu à peu des boîtes « où l’accueil de la clientèle se dégrade » pour d’autres points d’ancrage. « Mon rapport à la ville passe par des lieux de fête, des points de rencontres avec les gens. Mais je suis davantage sur mes gardes. L’alcool à haute dose est de plus en plus présent au détriment de l’esprit festif. Ca peut vite tourner à l’aigre ! ».En mode diurne, Vincent se plaît dans son quartier de l’avenue Leclerc, flâne parfois rue de la Barillerie chez le décorateur Thierry Julien « où l’on trouve tant de beaux objets ». Enfin aux heures indécises qui précèdent l’agitation nocturne, le parcours de Vincent Cerutti s’attarde au comptoir de La Mendigotte. L’oiseau de nuit s’assagit….Frédérique BREHAUT(Retrouvez, samedi dans Le Maine Libre, le 2e volet de cette série « Le Mans qu’ils aiment »)

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.