[Vidéo] Stromae en concert à Sablé : « Mon métier, c’est surprendre »

0 21.11.2011 09:55

Le jeune prodige belge sera sur la scène du centre culturel ce vendredi. Artiste à part entière, Stromae, révélé par « Alors on danse », fait montre d’un talent qui dépasse largement ce tube.Sa présence sur scène a fait le bonheur des spectateurs cet été un peu partout en France dans les festivals qu’il a enflammés… En quelques mois, le jeune Belge est devenu une valeur sûre de la scène. Tiré à quatre épingles, l’artiste, qui arbore un look très classe mais volontiers décalé, cherche toujours à surprendre.« Le Maine Libre » : Stromae, c’est maestro en verlan. Ce n’est pas un peu prétentieux comme nom d’artiste ?Stromae : C’est un peu moins prétentieux que ça, car c’est en verlan, donc plus populaire. Mais il y a quand même un peu de prétention, car je n’ai aucune base de musique sérieuse.C’est peut-être aussi un clin d’œil à vos maîtres ?Oui, mes maîtres sont Mozart, Brel… et ce n’est pas parce qu’il est Belge. Brel est quelqu’un qui a marqué vraiment la musique, au-delà des frontières. Il y a encore Papa Wemba et surtout Cesaria Evora. J’aime beaucoup Cesaria Evora, je l’ai revue à La Réunion. Je ne l’avais pas écoutée depuis un moment, en fait il y a énormément de chansons que je connaissais, J’ai tellement honte d’étaler ma culture, car je n’en ai pas des masses, j’aime pas dire des noms pour dire des noms, d’abord je ne les retiens jamais. Mais, en fait, Cesaria Evora, je connais très bien ses chansons.C’est plutôt surprenant…Oui, par rapport au style de musique que je fais. Mais j’ai été bercé par une maman qui a des goûts musicaux très éclectiques. Aujourd’hui, elle écoute de la musique bolivienne et péruvienne. Il y a des choses aussi que j’apprécie dans cette musique, même si je ne suis pas un fan. Peut-être que dans quelques années, je comprendrai pourquoi elle l’apprécie tellement. Avant je disais la même chose de Cesaria Evora, de la salsa, de la rumba congolaise… Ça m’ennuyait terriblement. Et puis maintenant, je me rends compte qu’en fait, ma mère avait bien raison d’aimer ces musiques !On s’attendait à ce que vous repreniez un titre de Brel. Finalement vous avez choisi Arno, pourquoi ?Pour ne pas faire ce qui était trop attendu. C’était trop évident que je fasse une reprise de Brel sur scène. Mon travail est de surprendre. Pourquoi ce morceau d’Arno ? Parce que c’est un morceau un peu border line.Il l’a interprété avec vous sur scène…Je lui avais proposé de venir sur scène pour cette reprise. Je ne pensais pas qu’il allait répondre positivement. J’ai toujours l’impression que je suis mal vu des autres artistes, donc je suis toujours sur la défensive. Je suis pas non plus ultra-sûr de moi…Pourquoi vous vous sentez « mal vu » des autres artistes ?Parce que ce sont des personnes qui sont là depuis beaucoup plus longtemps que moi ! Je les comprendrais aussi de penser que je ne suis qu’une étoile filante, que je ne vais faire que passer. C’est à moi de prouver le contraire. Donc, très surpris d’avoir la présence d’un monsieur comme Arno. C’est quelqu’un qui a beaucoup d’humilité, il a une jeunesse d’esprit, une grande curiosité, il a une grande modestie aussi, et souvent ce sont ces gens très modestes qui ont beaucoup à nous apprendre.Comment expliquez-vous un tel succès avec « Alors on danse » ?J’ai fait ce morceau dans ma chambre. C’est la musique et les paroles peut-être aussi ? J’ai posé des paroles réalistes. J’ai toujours été convaincu qu’on peut mélanger forme et fond. Simple ne veut pas dire bête.Un petit mot sur votre look, pourquoi ce côté rétro rigide ?L’envie, au départ, c’était d’être un peu différent de ce qu’on a vu dans le rap. Avant je m’habillais en baggy… J’ai eu ma période intégriste rap ! Et je me suis rendu compte qu’il fallait être un peu plus ouvert musicalement. Il y a autre chose, il faut juste avoir l’humilité de le reconnaître. Et donc dans la même démarche, je me suis rendu compte que le baggy, c’était bien, mais que ce serait plus original de voir un rappeur habillé de manière plus classique. Et après, les couleurs et l’extravagance ont commencé à me plaire. Voilà, c’est encore une manière de surprendre.Florence LOYEZConcert ce soir à 20 h 30 au centre culturel Joël-le-TheuleTarif : 25 € (10 € pour les moins de 26 ans) Réservation au 02-43-62-22-22.Alors on danse

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.