[Vidéo] Pro A : ça ne s’arrange pas pour le MSB

0 21.11.2011 09:53

Le public manceau, qui avait dû reprendre confiance en son équipe en regardant à la télévision son beau succès la semaine précédente à Villeurbanne (70-81), avait copieusement garni les gradins d’Antarès samedi soir (5250 spectateurs) pour voir le MSB confirmer contre Vichy. Pas sûr qu’il revienne si nombreux dans 15 jours contre Gravelines après la débâcle a laquelle il a assisté.Car si Antarès s’est « habituée » cette saison à vivre des moments difficiles (6 victoires pour 7 défaites en 13 matches), le MSB avait souvent été victime de trous d’air temporaires. Samedi, le match entier a été un trou d’air, la plus lourde défaite de la saison. Vichy a pris les commandes dès la première minute pour ne jamais les lâcher. Pire, les Tangos n’ont jamais été capables de montrer un semblant de réaction et du coup, de défaite, on est passé au fil des minutes à une véritable déculottée (-24 au final mais la JAV a même mené de 31 longueurs à 4 minutes du terme). « La défense a été lamentable et alors qu’on pouvait encore espérer à la mi-temps inverser le cours des choses, on n’a pas eu le début d’une réaction », pestait JD Jackson. De quoi le rendre perplexe : « Je n’ai jamais vu une équipe aussi inconstante. On ne sait jamais quel visage elle va montrer. On insiste sur des choses à l’entraînement et on a l’inverse en match. Je suis à court d’explication ».Petite mort ou révolte ?Et c’est aussi là le souci. Le message de JD Jackson passe-t-il encore ? Les joueurs ont-ils vraiment envie de tout donner sur le parquet, notamment à Antarès où la crispation est à son comble ? C’est à se le demander sérieusement. « Il y a encore trop de cadres qui n’assument pas le niveau du championnat », continue l’entraîneur. Samedi, Diot inexistant, Batista en roue libre, Kakiouzis transparent ou encore Acker sur courant alternatif, étaient particulièrement visés. Seuls Lewin, Dewar et Pellin ont tenté de faire bouger les choses. « Mais qu’espérer quand autant de joueurs sont hors sujet ? », interroge Jackson. Et dans ces conditions, c’est évidemment la défense, secteur essentiellement basé sur la volonté, qui en prend un coup. Ce qui était longtemps le seul domaine pour compenser une attaque qui bégaye depuis le début de saison (12e de Pro A), se met aussi à tanguer depuis quelques semaines dès que les choses se compliquent.Il est évidemment trop tard pour tout défaire et c’est dans cette configuration que Le Mans devra essayer de se qualifier en play-offs. Et pour l’instant, il tient quasi miraculeusement le dernier strapontin (8e). « C’est presque par défaut, plus par les résultats d’à côté que par notre propre mérite », estime Jackson. Il est vrai que derrière Orléans, Pau-Orthez ou Strasbourg, sont aussi inconstants (3 défaites sur les 5 derniers matches). Mais le calendrier du MSB n’est pas « cadeau » (lire ci-contre) et s’il ne change pas de visage, il devra regarder derrière lui… En attendant, le duel direct de samedi prochain à Orléans donnera la teneur des choses. Si le MSB accepte petite mort ou s’il a l’orgueil de se révolter.Raphaël CAILLAUD

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.