[Vidéo] L’attaque du Mans FC dans le collimateur

0 21.11.2011 09:27

Quatre petits buts seulement inscrits en sept rencontres… Un bilan offensif famélique pour Arnaud Cormier et ses ouailles qui les classe à l’avant-dernier rang au classement des attaques de Ligue 2. Seule la lanterne rouge amiénoise, avec laquelle les Manceaux sont d’ailleurs à égalité de points (4), fait pire (3 buts). C’est dire ! Cette vérité statistique suffirait à dénoncer le mal le plus criant dont souffre LeMans FC : un manque cruel et inquiétant de réalisme face au but.Les résultats de ce début de saison fournissent l’argument parfait à cet implacable constat : à chaque fois que les Sarthois ont marqué cette saison, ils l’ont emporté. Comme ce fut le cas à quatre reprises, dont trois fois en Coupe de la Ligue (devant Arles, à Istres et face à Ajaccio), plus l’unique succès en championnat contre Sedan (3-1). En revanche, dès que les Manceaux sont restés muets face à la cage adverse, ils se sont inclinés… à chaque fois sur la plus petite des marges (1-0) et ce, à cinq reprises déjà, comme les cinq échecs des Manceaux dans ce championnat.La preuve qu’avec juste un peu plus de réalisme, la situation comptable des Sang et Or pourrait être tout autre. Les nombreuses occasions manquées à Arles ou à Bastia notamment, pèsent lourd. Et même en rendant leur plus sale copie de la saison ce samedi devant Metz, les Sarthois auraient pu s’en sortir avec le point du match nul si Belfort n’avait pas raté l’immanquable à deux minutes de la fin.Avant-dernière attaque de L2Mais le problème est en fait plus profond que ça. Car si les attaquants sarthois ne marquent pas, c’est d’abord parce qu’ils ne parviennent que trop rarement à faire la différence, à déborder, à créer les décalages, à combiner et à peser dans la surface adverse. Les jeunes pousses Koura, Derouard, Sylla, Belfort ne sont pas encore au niveau de la Ligue 2. Mais en même temps, peut-on leur demander d’être déterminant dès lors leur première saison pro ? Le poids est trop lourd à porter.Même pour Béhé, qui n’a toujours pas réussi à s’imposer depuis son arrivée de Cassis-Carnoux l’an passé, et dans une moindre mesure pour Cissé, 4 buts la saison passée et buteur à Nantes qui affiche déjà plus de maturité et de présence mais qui n’a pas encore la stature d’un leader d’attaque. Quant à Ouali, censé être le meneur de l’animation offensive, il n’est pas assez décisif et trop brouillon.Le recrutement encore en causeAlors on ne peut encore que pointer du doigt le recrutement manceau, trop hésitant et finalement trop tardif. Certes, les limites financières imposées par la DNCG n’ont pas facilité la tâche des recruteurs sarthois. Mais les pistes non abouties menant à des attaquants expérimentés et immédiatement opérationnels comme Rivière, qui fait aujourd’hui le bonheur de Clermont (5 buts déjà), ou à Allart (Boulogne), peuvent laisser bien des regrets. Car à force d’hésiter, d’attendre, LeMans FC s’est finalement tourné vers des choix plus improbables.Annoncé comme le finisseur tant attendu, Modibo Diarra doit rattraper ses cinq mois d’inactivité et la remise en condition de l’Ivoirien passe par quelques matchs avec la réserve. Tandis que l’arrivée du Centrafricain Momi Hilaire est seulement prévue pour la fin de semaine. Donc d’ici à ce qu’il soit lui aussi opérationnel, plusieurs semaines peuvent encore s’écouler. Sauf que le temps presse désormais pour Arnaud Cormier qui doit trouver au plus vite les solutions pour endiguer cette indigence offensive, laquelle est fortement à l’origine de cette désespérante 19e place.Alexis BABINLe résumé du match en vidéo.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.