[Vidéo] Arno : « La Belgique m’inquiète »

0 21.11.2011 09:55

Chez lui, le désespoir est en option. Arno revient en concert à la faveur d’un nouvel album qui soumet Bruxelles à tous les climats. Comme d’habitude, son concert programmé ce soir à Allonnes fait salle comble.« Le Maine Libre » : Vous revenez régulièrement à Allonnes. Vous aimez ces fidélités ?Arno : J’ai la chance que le public me suive. Sans lui, je ne suis rien. Si je n’ai jamais travaillé de ma vie dans un bureau ou à l’usine et si j’ai aussi évité la psychiatrie, c’est grâce aux gens qui viennent m’écouter.Votre album est intitulé « Brussld ». Quel rapport entretenez-vous avec Bruxelles ?J’y vis. Quand j’écris un disque, il est inspiré par les gens qui habitent là-bas, par les situations que je traverse. Habitant à Bruxelles, je vis au cœur de l’Europe dans une ville où on parle toutes les langues européennes. Ca influence forcément. Quand on vit avec un chien, on attrape ses puces !Vous le Flamand d’Ostende, vous mêlez l’anglais et le français dans cet album. Que vous inspire le risque de partition de la Belgique ?Je suis triste. La Belgique m’inquiète. Car en Flandres, on voit monter le nationalisme d’extrême droite. L’histoire des années 30 nous a montré à quel point c’est dangereux. Il faut rester sur le qui-vive. Mais j’ai confiance en la jeunesse. Je veux garder cet espoir.Propos recueillis par Frédérique BREHAUTL’intégralité de l’interview, à lire dans Le Maine Libre de ce jeudi

Arno est en concert, ce soir à Allonnes. Et c’est complet.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.