Victime d’un prêtre pédophile, Pierre Gouet livre son témoignage

0 21.11.2011 10:33

Pendant soixante ans, Pierre Gouet s’est tu. Une chape de silence sur une enfance douloureuse. La révélation au printemps dernier d’affaires de pédophilie au sein de l’Eglise a réveillé des souffrances enfouies.« J’entendais évoquer des scandales en Irlande, en Belgique, en Allemagne… et rien sur la France. Alors j’ai décidé de parler ». Désormais installé à Paris, il s’est confié à Thomas Cantaloube, journaliste à Mediapart qui publie hier et aujourd’hui son long témoignage en deux volets sur le site Internet.Contacté par « Le Maine Libre », Pierre Gouet raconte l’enfance blessée, la souffrance de la victime face à celui qu’il dénonce comme son agresseur, le père Georges Blin, mais aussi face au silence de son oncle et tuteur Julien Gouet, alors vicaire général du cardinal Grente.A 7 ans et demi, à la mort de son père, Pierre, membre d’une fratrie de huit enfants, est envoyé par son oncle en pension au Mans, à La Psallette de la cathédrale. Nous sommes en 1951. L’enfant de paysan apprend la différence entre les riches et les pauvres à l’heure des repas au réfectoire. L’année suivante, le père Blin jette son dévolu sur le gamin. Au prétexte de lui enseigner la messe en latin, l’homme d’église dévoyé se livre à des actes sexuels qui aujourd’hui relèveraient d’une cour d’assises. « Se taire représentait une douleur terrible. Je pressentais qu’on me prendrait pour un affabulateur ».Pourtant un jour, l’enfant craque et se confie à son oncle et tuteur. « Le déni de sa part a été le plus épouvantable à vivre pour un enfant de 7 ans. Pourtant il a fait en sorte que le père Blin quitte immédiatement La Psallette ». Ostracisé, le prêtre est envoyé à l’abbaye de Clairvaux puis revient dans la Sarthe en 1966 avant de mourir l’année suivante.« Il m’est impossible de pardonner »« Cette histoire a bousillé mon parcours scolaire et une partie de mon existence. Aujourd’hui encore, il m’est impossible de pardonner. Mais dans la vie, il faut avancer. Ce passé m’a probablement encouragé à militer. Je n’ai jamais fait mystère de mon homosexualité par exemple, y compris dans mon milieu professionnel à Air Inter. Au Mans, en 1996, j’ai contribué à la naissance de l’association Homogêne. L’année suivante, avec mon compagnon, nous avons été le premier couple d’hommes marié civilement par Robert Jarry ».La diffusion du témoignage de Pierre Gouet sur Mediapart a dès le premier jour suscité plusieurs réactions de soutien. « Pourtant, j’aurais aimé que d’autres élèves du père Blin que j’ai réussi à retrouver me répondent. Comment font-ils aujourd’hui pour vivre avec ce secret ? » Pierre Gouet sait aussi qu’il jette un pavé dans la mare auprès de sa propre famille. « J’ai un frère qui est toujours curé à Malicorne. Ça ne va pas lui plaire… »Frédérique BRÉHAUTSuivez l'actualité de la Sarthe et du Mans

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.