Une balle dans le pied pour LeMans FC

0 21.11.2011 09:37

Vendredi porte-bonheur ou vendredi noir. Le MMArena pleurera, sifflera ou il explosera et fusionner dans une euphorie libératrice. Il s’agit bien d’une finale à distance entre Le Mans et Ajaccio, qui possède en mains les clés de l’accession.Car Dijon semble hors d’atteinte avec trois points d’avance. Les Bourguignons, battus à Angers, les Sarthois reviendraient au mieux à leur hauteur (en dominant Nantes bien sûr). La différence de buts ne serait pas insurmontable (quatre de plus voire cinq car le DFCO a marqué 55 fois et Le Mans 45). Mais les Bourguignons n’ont besoin que d’un point. Le dernier passeport pour la L1 balancera surtout entre Corse et Sarthe.Ajaccio ne doit pas gagnerLa règle est simple, évidente et draconienne : Ajaccio ne doit pas gagner à Nîmes. Car un nul entraînerait un verdict favorable aux Manceaux vainqueurs des Nantais.Mais dans quel état psychique seront-ils après cette terrible désillusion vannetaise. Plus que le résultat brut, au demeurant incompréhensible et inexcusable, la manière a pris l’allure d’un menhir Obélix écrabouillant des Romains en plein désordre.Cette potion (ou ce poison) magique gardera un goût très sulfureux. La mer amère pour une escouade sarthoise soudain incapable de boucher les trous d’eau. Même avec une défense à cinq (Wague à la place de Helstad). Une stratégie a minima, qui a fini par se retrouver sur des Manceaux atones aphones et sans voix. On les croyait sortis de l’enfer sur le troisième but de Mickaël Poté, mais à force de s’étreindre, ils ont omis de se reconcentrer pour éviter une nouvelle égalisation.Recoller les morceauxS’éterniser sur cette inqualifiable et honteuse conclusion ne servira pourtant à rien. Si infime soit-elle, cette toute petite dernière petite chance exigera d’être défendue à fond.A la Pincenardière, il va falloir recoller les morceaux. Car Nantes ne sera sans doute pas aussi complaisant que Laval, une large victoire bien trompeuse.Le coup de sifflet final n’a pas encore retenti. La menace d’une grosse désillusion est bien palpable. Mais il faut s’accrocher à ce petit filet de vie pour les faire trembler.Ensuite, il sera temps d’analyser plus concrètement les choses. Un échec dans cette remontée débouchera forcément sur un réquisitoire sans concession mettant en exergue des choix contestables depuis trois ans. Maintien sur le fil (2009), relégation inévitable (2010) et retrouvailles avec la L1 toujours entre parenthèses (2011).En attendant, laissons la parole aux acteurs, ils se sont mis une balle dans le pied. A eux de prouver que ça ne les empêchera pas de vaincre une dernière fois. C’est le minimum…Christian LOUIS

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.