Un homme interpellé dans le cadre de la disparition de Laëtitia à Pornic

0 21.11.2011 13:36

Un homme présumé dangereux a été interpellé jeudi dans le cadre des recherches intensives menées depuis mercredi pour retrouver Laëtitia, 18 ans, disparue depuis mardi soir à Pornic, a-t-on appris auprès des gendarmes.Les recherches se poursuivaient activement tandis que l'homme était interrogé par les enquêteurs. Des traces de sang ont été retrouvées dans sa 106 Peugeot et sont en cours d'analyse, selon des sources proches de l'enquête.Laetitia, jeune fille sans histoire, a disparu alors qu'elle rentrait chez elle à scooter, après son service dans un hôtel-restaurant situé à quelques kilomètres de son domicile.Après sa disparition, elle a réussi à téléphoner à sa famille adoptive pour dire qu'elle avait été violée, selon des sources proches de l'enquête qui n'ont pas précisé quand cet appel avait été passé.C'est la soeur jumelle de Laëtitia qui a donné l'alerte mercredi matin après avoir retrouvé le scooter de la jeune disparue couché au bord de la route, à quelques mètres seulement de leur domicile. Laëtitia a quitté son travail "à 22H00 mardi soir comme d'habitude, elle est en contrat d'apprentissage chez nous depuis le 1er juillet, c'est une jeune fille qui n'avait pas de fréquentations", a déclaré Marie Deslandes, la patronne de l'Hôtel de Nantes, situé dans le bourg de la Bernerie-en-Retz.Un suspect prénommé Patrice, connu des services de police pour plusieurs affaires de violences, a été interpellé jeudi matin à son domicile, selon une source proche de l'enquête.L'homme serait "connu très défavorablement" pour des "actions criminelles graves", selon une autre source. Il aurait "croisé ces derniers jours" la jeune fille et "lié connaissance" avec elle, selon cette source.Une vingtaine d'hommes du GIGN ont été mobilisés pour l'interpeller jeudi vers 06H00 à son domicile à Arton-en-Retz, à quelques kilomètres de là où vivait Laetitia. Les gendarmes d'élite ont fait sauter la porte, le suspect a été très légèrement blessé par un éclat de la porte. Il était "sonné après son interpellation", selon la source proche de l'enquête.Outre le GIGN, 40 gendarmes sont mobilisés pour les recherches appuyés par 25 enquêteurs pour les investigations et les auditions.Pendant les recherches, des vêtements ont été découverts jeudi matin devant la mairie de La Bernerie-en-Retz, "dans une cabine téléphonique", a indiqué le lieutenant-colonel Christophe Hervé, officier communication de la gendarmerie des Pays de la Loire, au cours d'un point presse sur place.Ces vêtements, selon un photographe de l'AFP, seraient un gant marron et peut-être un soutien-gorge noir. Ils sont en cours d'expertise."Et s'il s'avère qu'ils appartenaient à la jeune fille cela changera l'objet de l'enquête mais pour l'heure nous restons sur une disparition inquiétante", a expliqué le Lt-Colonel Hervé. "L'hypothèse de l'enlèvement fait partie des hypothèses de travail mais nous restons sur une disparition inquiétante", a-t-il dit.Laëtitia, bien insérée socialement et inconnue de la justice, avait été placée avec sa soeur à l'âge de 10 ans dans la famille d'accueil avec laquelle elles vivent encore aujourd'hui dans un pavillon à Pornic, entouré de champs. Très inquiet, son père biologique se trouvait sur place jeudi matin.Le parquet de Saint-Nazaire a prévu une conférence de presse jeudi à 17h00.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.