Tunisie: heurts à Tunis, la Kasbah évacuée au lendemain du remaniement

0 21.11.2011 10:07

Des heurts ont opposé vendredi les forces de l'ordre à des manifestants à Tunis faisant une quinzaine de blessés, selon des sources concordantes, alors que les rassemblements continuaient au lendemain de la formation d'un nouveau gouvernement de transition.Dans l'après-midi, la police anti-émeute a procédé à l'évacuation musclée de l'esplanade de la Kasbah, siège de la primature, au sixième jour d'occupation par des manifestants, opposés au premier ministre Mohamed Ghannouchi.Bombardée de pierres, la police a répliqué par une pluie de grenades lacrymogènes et progressé vers la place, a contaté l'AFP. Les militaires sur place se sont contentés d'observer, l'arme au pied.Sur l'esplanade, survolée par un hélicoptère, des militaires ont démonté les tentes utilisées par les manifestants, installés depuis le 23 janvier. Puis des policiers ont disposé des barrières autour de la place pour empêcher les manifestants de revenir.En début de soirée, les services de voirie s'affairaient à nettoyer la place jonchée de débris."J'ai vu au moins cinq blessés. Plusieurs saignaient", a affirmé le médecin du Samu de Tunis, Majdi Amami.Il a précisé que deux blessés ont été atteints par des pierres lancées par les manifestants et que la police rejetait ensuite vers eux. Un troisième a été atteint à la tête par une grenade lacrymogène tirée "presque à bout portant", a affirmé ce médecin.Dans la matinée, les plus irréductibles des protestataires continuaient d'insister pour obtenir la tête du premier ministre, qui fut pendant onze ans chef du gouvernement du président déchu Zine El Abidine Ben Ali."La majorité veut continuer pour dégager Ghannouchi, tout le gouvernement doit sauter, surtout Ghannouchi", assurait à l'AFP Khaled Salhi, étudiant de 22 ans.Chassés de l'esplanade en fin d'après-midi, des centaines de protestataires se sont alors dirigés vers l'avenue Habib Bourguiba, où les heurts ont repris de plus belle avec la police.L'artère, qui avait retrouvé un visage avenant avec ses terrasses de cafés bondées et ses badauds s'adonnant au lèche vitrine, s'est totalement vidée en quelques instants. L'air était rempli de fumées de grenades lacrymogènes sur toute la longueur de l'avenue, totalement bouclée, et les rues adjacentes ou refluaient des grappes de manifestants pourchassés par les forces de l'ordre.Plusieurs arrestations ont été opérées par des policiers eux-mêmes pris à parti par des groupes de passants.Après trois jours d'âpres tractations, M. Ghannouchi avait en grande partie cédé à la pression quotidienne de milliers de manifestants en formant jeudi soir une nouvelle équipe de transition profondément remaniée.Cinq des sept anciens ministres du dernier gouvernement de Ben Ali qui y figuraient ont été remerciés, notamment tous ceux qui occupaient les postes-clés: Défense, Intérieur, Affaires étrangères, Finances.Ils ont été remplacés par des technocrates ou des personnalités indépendantes peu connues de l'opinion."Un gouvernement est là. L'économie doit repartir, les gens doivent se remettre au travail", a affirmé vendredi à l'AFP Mouldi Jandoubli, un membre exécutif de la puissante centrale syndicale l'UGTT, qui a joué un rôle central dans la "révolution du jasmin".La France a rapidement salué la formation de cette nouvelle équipe, en soulignant qu'elle devait préparer des élections "dans les meilleures conditions".Dans un entretien téléphonique vendredi avec le nouveau ministre des AE tunisien Ahmed Abderraouf Ounaïs, la Haute représentante de l'UE aux Affaires étrangères, Mme Catherine Ashton, l'a invité à Bruxelles la semaine prochaine.Mme Ashton a également indiqué qu'elle enverrait une mission d'experts en Tunisie la semaine prochaine pour aider à la préparation et à l'organisation d'élections.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.