Thierry Julien, agitateur d’idées

0 18.11.2011 09:08

Il a parcouru le monde, s’est parfois posé du côté d’Aix en Provence ou de Saint-Tropez, mais il est toujours revenu au bercail. Son imaginaire nourri à diverses migrations a séduit de prestigieuses maisons telles Chaumet, Cartier, Guerlain ou Saint-Laurent au moment d’habiller leurs magasins. Aujourd’hui ancré dans la belle bâtisse de l’hôtel Coindon rue de la Barillerie, Thierry Julien revendique son lien à sa ville natale. « C’est un attachement humain. Je me sens à l’aise avec le bons sens des gens d’ici, la façon concrète d’aborder la vie sans tape à l’œil. Les Manceaux ont un côté terrien qui me plaît. La conception de leur maison est révélatrice. La « mancelle » offre sur la rue une façade ordinaire, l’intérieur est confortable et le jardin charmant ».« De l’audace, encore de l’audace »Ce caractère paisible, rassurant de la ville, Thierry Julien aimerait le stimuler d’une pointe de fantaisie. « Le tram a créé des liens entre des quartiers qui s’ignoraient, ouvert de nouvelles perspectives urbaines. Pourtant Le Mans reste dans une culture pavillonaire née de son histoire industrielle. Lorsque le monde rural s’est déplacé vers la ville pour travailler, chacun tenait à son jardin. Aujourd’hui, Le Mans compte parmi les plus vastes agglomérations de France. Il faudrait cesser de s’étendre, de grignoter les campagnes alentours et oser des projets inovants ».L’œil du décorateur imagine « une rue laboratoire où inventer d’autres styles d’habitat. Prenez le quartier Robin des Bois ou Le Ribay. Il n’y a pas de rupture mais le prolongement d’un urbanisme répétitif». Et d’insister, « dans une ville où il existe tant de créativité culturelle, l’architecture est un peu trop frileuse ».De l’audace, encore de l’audace, prône en somme cet agitateur d’idées. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si ses lieux de prédilection portent la marque de l’originalité. Telle la sculpture géante de Jean-Bernard Métais posé dans le jardin de Tessé. « A la fois massif et fluide, ce sablier est magique. J’aurais bien aimé le voir dans le Vieux Mans, confrontation entre l’art contemporain et le patrimoine historique. A propos d’une œuvre qui mesure le passage du temps, la charge symbolique aurait été forte. Mais il est très beau dans le parc de Tessé aussi. »Frédérique BREHAUT

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.