Sur les traces de Gaulle et de ses trois visites en Sarthe

0 18.11.2011 09:09

Alors que l’année 2010 marque le 70e anniversaire de l’Appel du 18 juin 1940 et le 40e anniversaire de la mort de Charles de Gaulle, l’association Animation Saosnois propose une exposition à Mamers retraçant le parcours du chef de la France Libre.Jusqu’au 16 août, pas moins de 165 photos et documents d’archives relatent moments historiques ou intimes, avec notamment sa correspondance, ses bulletins de note… Un bon moyen pour « rappeler quel grand homme il était », explique Antoine Gazaï, vice-président de l’association.Le général de Gaulle est venu trois fois en Sarthe. La première, raide comme un I dans son uniforme, il avait fêté au Mans, en août 1944, la libération de la ville à la tête des troupes alliées. Une tête au-dessus de la foule, il avait serré les mains des hommes et s’était laissé embrasser par les femmes. La deuxième fois, la cérémonie avait davantage tenu du protocole. C’était en 1950. Le général de Gaulle était venu inaugurer le monument des martyrs de la Résistance, place Aristide-Briand.Mais c’est en 1965 que la plongée sera la plus spectaculaire. Même s’il n’est alors pas encore officiellement candidat à la première élection présidentielle (il ne se déclarera qu’en novembre), il s’arrête deux jours dans le département. Accompagné de son épouse, du ministre de l’Intérieur Roger Frey, du ministre de l’Information Alain Peyrefitte et de Jacques Maziol, ministre de la Construction, le général de Gaulle sillonne la Sarthe, traversant au passage Sillé-le-Guillaume, Mamers, Le Mans, Allonnes, La Suze-sur-Sarthe, Malicorne, Parcé-sur-Sarthe et Sablé. En décembre 1965, les Sarthois voteront largement pour de Gaulle.Lors de son périple, le général se montre bien disposé pour répondre aux sollicitations des maires qu’il croise sur sa route. A La Ferté, le samedi 22 mai, devant la batterie-fanfare de l’Espérance, le maire, M. Chapron, tente sa chance : « Il nous faut 500 logements. » « Promis », lui répond le général. A Allonnes, il salue « cette cité moderne, habitée par des travailleurs, au sens exact du mot ».Mais c’est au Mans que la ferveur populaire est la plus spectaculaire. Place de la Préfecture, devant 35 000 personnes, le général de Gaulle se lance dans le dernier discours de ses voyages au cœur de la France profonde avant les élections. Le ton fleure bon la… campagne : « Comme je suis heureux, honoré de me trouver une fois de plus dans votre grande ville. » Le maire, Jacques Maury, en rosit presque de plaisir.Le dimanche, après avoir dormi à la préfecture dans un salon qui porte toujours son nom (comme souvent, il avait fallu agrandir son lit au dernier moment), de Gaulle et son épouse Yvonne assistent à la messe en la cathédrale Saint-Julien, avant de reprendre la route pour La Flèche, via La Suze, Crosmières, etc. Jean-Benoît GAYETExposition du 7 au 16 août, salle des fêtes de Mamers, Ouverture en semaine de 10 heures à 12 h 30. Samedi et dimanche de 10 heures à 12 h 30 et de 16 heures à 18 h 30.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.