Strauss-Kahn va sortir de prison sous caution mais est formellement inculpé

0 21.11.2011 09:57

La justice américaine a accepté jeudi de libérer Dominique Strauss-Kahn à condition qu'il paie une caution d'un million de dollars, mais l'ex-patron du FMI, désormais inculpé formellement de crime sexuel, est assigné à résidence à New York. Il devra passer jeudi soir une quatrième nuit en prison, avant d'être relâché dans la journée de vendredi, une fois la caution versée.Cinq jours après son arrestation dans un avion qui s'apprêtait à décoller pour Paris, l'ancien patron du Fonds monétaire international, qui avait annoncé dans la nuit de mercredi à jeudi sa démission, a fait son entrée en début d'après-midi de jeudi dans la salle d'audience du tribunal de Manhattan où l'attendaient une centaine de journalistes ainsi que son épouse Anne Sinclair et sa fille.L'ancien ministre, encore considéré la semaine dernière comme le favori de la prochaine élection présidentielle en France, s'est fréquemment tourné vers sa famille, visiblement saisie par l'émotion. Le juge Michael Obus a accepté la libération provisoire après que les avocats ont assuré que leur client paierait une caution d'un million de dollars assortie d'un dépôt de garantie de cinq millions, et serait assigné à résidence à Manhattan sous surveillance vidéo 24 heures sur 24 et suivi par un gardien armé. Il devra en outre porter un bracelet électronique."La libération sous caution, on l'enregistre avec satisfaction comme la possibilité qu'il puisse préparer sereinement sa défense", s'est félicité à Paris Benoît Hamon, porte-parole du Parti socialiste dont M. Strauss-Kahn aurait pu être le candidat en 2012.Un de ses avocats américains, William Taylor, s'est dit soulagé par la décision de la cour. Au micro de la radio RTL, il avait auparavant assuré que son client "va bien, il est optimiste et en bonne santé".Mais l'avocat de la victime présumée, Jeff Shapiro, avait déclaré avant l'audience que sa cliente était "inquiète" à la perspective que M. Strauss-Kahn quitte la prison. "L'idée que cet homme puisse se retrouver d'une manière ou d'une autre dans la rue et libre, je suis sûre que cela lui cause une grande inquiétude", avait-il dit sur CNN."DSK" a été formellement inculpé par une chambre d'accusation ("Grand jury") de tous les chefs d'accusations retenus à son encontre après la plainte d'une femme de chambre, a annoncé le ministère public au début de l'audience."Une inculpation a été votée et prononcée contre l'accusé", a déclaré le procureur devant la cour.L'inculpation formelle signifie que M. Strauss-Kahn passera en procès, à moins qu'il ne plaide coupable et négocie une peine réduite avec l'accusation. Il devrait formellement annoncer son choix lors d'une prochaine audience fixée au 6 juin.La décision a été prise à huis clos par un grand jury, instance qui réunit des citoyens en secret et en dehors de la présence d'un juge. Il a entendu mercredi la victime présumée, une immigrée guinéenne âgée de 32 ans.Le Grand jury a retenu les sept chefs d'accusation, notamment tentative de viol et agression sexuelle, qui lui avaient été transmis. S'il devait être condamné pour l'ensemble de ces chefs d'accusation, M. Strauss-Kahn risquerait jusqu'à 74 ans de prison.A l'extérieur du tribunal, une dizaine de camions de télévision étaient stationnés à proximité du tribunal, alors que les photos du patron du FMI menottes aux poignets ont fait le tour du monde ."C'est de la curiosité. On espère le voir. Vous croyez qu'il va venir?", demandait Johan Montijano, un Français de 33 ans installé à New York.La décision du tribunal pénal de Manhattan est survenue quelques heures après que DSK, qui était encore il y a une semaine l'un des hommes les plus puissants de la planète, eut démissionné du FMI qu'il dirigeait depuis 2007."Dominique Strauss-Kahn a informé aujourd'hui le conseil d'administration du Fonds monétaire international de son intention de démissionner de son poste de directeur général avec effet immédiat", a indiqué le FMI, qui a publié la lettre de démission de "DSK", dans laquelle il clame son innocence."A tous, je veux dire que je réfute avec la plus extrême fermeté tout ce qui m’est reproché", a-t-il écrit depuis sa prison de New York, où il a été placé en détention provisoire lundi. "Je veux consacrer toutes mes forces, tout mon temps et toute mon énergie à démontrer mon innocence", ajoute-t-il.Ces mots étaient la première déclaration publique de M. Strauss-Kahn depuis qu'a éclaté l'affaire de crime sexuel dans laquelle la femme de chambre du Sofitel l'accuse de l'avoir agressée sexuellement et d'avoir tenté de la violer.En prison, DSK a été placé sous surveillance anti-suicide. Vêtu d'une combinaison carcérale grise d'une pièce, sans ceinture ni bouton, il porte des chaussures sans lacets. La nuit, les gardiens doivent vérifier qu'il respire. Pour cela, ils peuvent être amenés à le réveiller.Les enquêteurs ont retrouvé dans sa chambre d'hôtel des fluides corporels qui pourraient aider à établir les faits, ont indiqué des médias américains. Les échantillons ont été retrouvés lors de la reconstitution des faits par la police avec la femme de chambre qui affirme avoir été agressée.La police a précisé qu'elle avait désigné l'endroit où elle se souvenait avoir craché après que M. Strauss-Kahn lui aurait imposé une fellation, a rapporté ABC. Les échantillons de liquides corporels "sont en cours d'analyse" pour tenter d'y retrouver de l'ADN de M. Strauss-Kahn, selon la chaîne de télévision.Au FMI, le numéro deux du Fonds, John Lipsky, qui assure l'intérim du directeur général, a annoncé que les membres de son conseil d'administration allaient se réunir dans la journée pour commencer à établir le processus de sélection d'un nouveau numéro un.Les Etats-Unis, qui sont les plus gros contributeurs du FMI, ont dit vouloir une "succession rapide" et "ouverte" à la tête de l'institution.De leur côté, les dirigeants européens se sont relayés jeudi pour appeler à ce qu'un représentant du Vieux continent succède à M. Strauss-Kahn.Le président français Nicolas Sarkozy a affirmé que l'Union européenne était "en mesure de présenter une candidature de très grande qualité".Le chef du gouvernement italien Silvio Berlusconi a estimé que la ministre française des Finances, Christine Lagarde, serait un "excellent choix". Elle-même s'est prononcée en faveur d'un candidat européen, sans rien dévoiler de ses propres intentions.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.