Strasbourg: les musulmans en colère après une nouvelle profanation de cimetière

0 21.11.2011 09:47

Trente-six tombes musulmanes ont été vandalisées dans la nuit de jeudi à vendredi dans un cimetière de Strasbourg, une "énième agression" dénoncée par les responsables de cette communauté qui pointent du doigt la mouvance d'extrême droite.Les dégradations ont été constatées vendredi matin par un gardien du cimetière de la Meinau, situé dans le sud de la ville, a précisé à l'AFP l'adjoint au maire chargé de la sécurité et des cultes, Olivier Bitz. Il avait dans un premier temps parlé de 20 à 30 tombes profanées.Les 36 tombes endommagées ont été examinés par une équipe de la police scientifique qui relevait des empreintes, des traces ADN ou des mégots de cigarettes sur le site, a indiqué à l'AFP une source policière.Trois croix gammées ont été tracées dans les gravillons des allées, a ajouté cette source. L'une d'elle, à l'entrée d'une parcelle du carré musulman, faisait environ un mètre de diamètre, selon un journaliste de l'AFP sur place.Certaines stèles ont été renversées, d'autres brisées. Des tombes d'enfants figuraient parmi celles endommagées, alors que quelques familles constataient les dégâts en début d'après-midi."C'est une honte, même mort on ne nous laisse pas en paix", a dit à l'AFP Hamid Talbi, 50 ans, employé de la mairie de Strasbourg, en regardant la stèle renversée de son père Salah.Son père, un harki, "a servi 25 ans dans l'armée française. Quand j'ai vu la croix gammée, j'ai eu un noeud à l'estomac", a-t-il ajouté.Il a précisé que la tombe de son père avait déjà été profanée en juin 2004. A l'époque, des inscriptions néonazies avaient été peintes sur une cinquantaine de tombes musulmanes.La profanation de vendredi a suscité une vive émotion chez les responsables de la communauté musulmane locale, qui doit inaugurer l'an prochain sa nouvelle grande mosquée.Abdelaziz Choukri, le délégué général de la Grande mosquée, a évoqué une attaque délibérée contre un lieu de recueillement "symbolique" pour la communauté, car situé à proximité immédiate du terrain où doit être aménagé en 2011 le premier cimetière exclusivement musulman de France."Il y a toute une agitation autour des mouvements d'extrême droite, ce n'est pas un hasard si cet événement arrive à la veille d'un apéro" organisé par le Front national (FN) dans le nord de la ville, a affirmé à l'AFP M. Choukri."On n'improvise pas la profanation de plusieurs dizaines de tombes, ce n'est pas un travail d'amateur", a-t-il ajouté.Le maire (PS) de Strasbourg Roland Ries, qui a rencontré dans la journée des responsables de la communauté musulmane, a également fustigé les appels à des "apéros-provocation". "Nous sommes dans un contexte préoccupant (dans lequel) des groupuscules passent à l'action", a-t-il regretté.La section strasbourgeoise de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) a exprimé son "indignation" face à une "situation (qui) ne cesse de se dégrader". La Licra a dénoncé "un acte révoltant et stupide, qui survient après une accumulation de faits similaires".C'est la quatrième profanation de tombes juives et musulmanes dans l'agglomération depuis le début de l'année.Le 21 juillet, 27 tombes avaient été profanées au cimetière juif de Wolfisheim près de Strasbourg. Fin juin, 17 pierres tombales musulmanes avaient été renversées ou endommagées dans le cimetière de la Robertsa, au nord de la ville. En janvier, une trentaine de tombes du cimetière juif de Cronenbourg (ouest) avaient été endommagées, le jour de la commémoration de la libération des camps de concentration nazis.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.