Sécurité routière: forte hausse du nombre de tués sur les routes

0 21.11.2011 09:47

Des accidents graves et "un relâchement" du comportement des automobilistes ont provoqué une forte hausse de la mortalité sur les routes, avec plus 20% de tués en avril, qui confirme une tendance "inquiétante" depuis début 2011, a indiqué vendredi la Sécurité routière.Cet accroissement est dû à "une série d'accidents particulièrement graves et à un relâchement préoccupant des comportements, ce qui confirme malheureusement la tendance à la hausse inquiétante constatée depuis le début de l'année", estime la Sécurité routière dans un communiqué.En avril 2011, 355 personnes ont perdu la vie dans des accidents routiers, soit une augmentation de 19,9% par rapport au même mois de l'année dernière (296 tués).Depuis le début de l'année, 1.267 personnes ont trouvé la mort sur les routes de France, contre 1.123 au cours des quatre premiers mois de 2010, soit une augmentation de 12,8%.En avril, selon ces chiffres, le nombre de personnes blessées a très légèrement baissé: 7.295 contre 7.335 un an auparavant, soit une très légère baisse de 0,5%."Les vacances de printemps ont été endeuillées par un nombre exceptionnellement élevé d’accidents au bilan humain particulièrement lourd, ajoute la Sécurité routière. Huit accidents à eux seuls ont causé la mort de 30 personnes, dont l’accident particulièrement tragique survenu le 28 avril sur l’A10 à Marcillac entre un poids lourd et un minibus, au cours duquel sept personnes ont trouvé la mort". Le communiqué ajoute que le mois d'avril 2011 a été "exceptionnellement chaud", ce qui implique automatiquement l'augmentation des trafics."En conséquence", ajoute la Sécurité routière, "le ministre de l’Intérieur Claude Guéant a renouvelé des directives fermes aux préfets pour renforcer sans délai la présence visible et dissuasive de la police et de la gendarmerie" sur les routes et "multiplier les contrôles"."Dès ce week-end, une opération coordonnée entre la police et la gendarmerie sera organisée dans chaque département", a ajouté la Sécurité routière.Alors que le nombre de tués sur les routes avait déjà augmenté de 21% en janvier, un "plan de lutte contre l'insécurité routière" avait été présenté en février.Des associations, notamment la Ligue contre la Violence routière (LVR), ont dès le début de l'année lié cette augmentation à l'assouplissement de la réglementation du permis de conduire à points.Le Parlement a adopté en février Loppsi 2, un projet de loi sur la sécurité intérieure, assorti d'un volet sur le permis de conduire qui permet de récupérer plus rapidement des points sous certaines conditions.Réagissant aux mauvais chiffres d'avril, Chantal Perrichon, présidente de la LVR, a déclaré à l'AFP: "Cela sanctionne d'une part l'affaiblissement du permis à points par les parlementaires et d'autre part une stratégie qui consiste à ne rien décider pour ne déplaire à personne depuis trois ans"."Il est honteux de tenter de justifier cet échec en pointant les accidents dramatiques (...) durant les vacances de Pâques: les politiques ne peuvent en permanence appeler à la responsabilité des conducteurs et s'exonérer des leurs", a-t-elle ajouté.En revanche, l'association "40 millions d'automobilistes" a estimé que "le relâchement des conducteurs ne s'appuie sur aucune donnée objective". Dans un communiqué, elle assure que "le facteur climatique ne peut être ignoré"."Si cette évolution est préoccupante, elle n'a rien à voir avec la nouvelle loi Loppsi 2, comme certains veulent l'affirmer", a estimé Louis Derboulle, président de l'association.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.