Sarkozy promet des places de prison et un encadrement militaire des jeunes

0 17.11.2011 18:11

Nicolas Sarkozy a promis mardi "30.000 places" de prison supplémentaires d'ici six ans et l'ouverture de centres où des militaires encadreraient des jeunes délinquants, en dévoilant une série de mesures pour améliorer l'exécution des peines.Après une visite du centre pénitentiaire flambant neuf de Réau (Seine-et-Marne), qui doit accueillir ses premiers détenus en octobre, le chef de l'Etat a annoncé que le gouvernement déposerait à l'automne un projet de loi de "programmation relatif à l'exécution des peines" largement inspiré du rapport que lui avait remis en juin le député UMP Eric Ciotti.Première mesure: augmenter les places de prison. "Pour assurer une exécution normale des peines d'emprisonnement, la France a besoin de 80.000 places de détention", a lancé M. Sarkozy, "cet effort d'équipement sans précédent devra être achevé en 2017, il nous conduira à créer 30.000 places supplémentaires".Au 1er août, la France recensait officiellement 64.052 personnes incarcérées pour une capacité de 56.506 places "opérationnelles".Dans son rapport, M. Ciotti avait évalué à 80.000 les peines de prison en attente d'exécution, souvent par manque de place, et avait recommandé d'élargir la capacité d'accueil des prisons à 80.000 à l'horizon 2018. Le garde des Sceaux, Michel Mercier, avait annoncé en mai un programme visant à atteindre les 70.000 places à cette date."Une justice efficace, c'est une justice où les décisions sont suivies d'effets (...) les magistrats font un travail remarquable dans des conditions difficiles mais ils faut que leurs décisions soient mieux appliquées", a plaidé M. Sarkozy.Autre mesure-phare puisée dans le rapport Ciotti et reprise à son compte mardi par le chef de l'Etat, la possibilité pour les jeunes délinquants d'exécuter leur peine sous la forme d'un "service citoyen" de "quelques mois" dans le cadre d'un "établissement d'insertion de la défense".Cette idée d'un encadrement militaire des jeunes délinquants avait été popularisée en 2007 par la candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal, et critiquée dans les rangs du PS. "J'ai trouvé une solution, la droite s'en empare", avait raillé Mme Royal à la publication du rapport Ciotti.Soutenant sa réforme très controversée de la justice des mineurs, Nicolas Sarkozy a également promis mardi l'ouverture de 20 nouveaux centres éducatifs fermés, dont il a visité plus tôt dans la matinée un modèle déjà ouvert à Combs-la-Ville (Seine-et-Marne). Le chef de l'Etat a notamment pu s'y entretenir à huis clos avec quelques détenus, condamnés à de lourdes peines. Dans sa panoplie, le chef de l'Etat a également détaillé quelques nouvelles mesures de lutte contre la récidive. Il a ainsi promis des "moyens supplémentaires" pour les injonctions de soins destinées aux délinquants sexuels, ainsi qu'un "effort" pour améliorer la connexion des outils informatiques des différents services de police.Il s'agit d'éviter "l'erreur qu'on a connue récemment où il a été décidé de remettre quelqu'un en liberté parce que la dernière infraction n'était pas grave", a-t-il expliqué en allusion à l'affaire Laetitia.En février dernier, Nicolas Sarkozy avait violemment sonné la charge contre les magistrats qui avaient remis en liberté l'assassin présumé de la jeune fille, dénonçant des "dysfonctionnements graves" et promettant des "sanctions". Cette sortie avait suscité une grève sans précédent des magistrats.Hormis la mutation du directeur local de l'administration pénitentiaire, aucune sanction n'avait été prise. Le Conseil supérieur de la magistrature avait pointé du doigt le manque de moyens et "la succession trop rapide" de lois sur la récidive.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.