Russie: le feu toujours près de Sarov mais pas de risque nucléaire, selon les autorités

0 21.11.2011 09:46

Un vaste incendie faisait toujours rage samedi près du centre nucléaire de Sarov (500 km à l'est de Moscou), mais la situation a "cessé d'être critique" et ne présente pas de risque de catastrophe atomique, selon les autorités russes, qui ont par ailleurs reçu une aide américaine."Il n'y a pas de risque nucléaire, pas de menace radioactive et il n'y même pas de menace écologique d'envergure sur le territoire de Sarov", a déclaré le chef du nucléaire russe, Sergueï Kirienko, selon un entretien accordé à la presse locale publié sur le site de son agence, Rosatom.M. Kirienko a relevé que le centre nucléaire est menacé depuis deux semaines par des incendies dans le parc naturel de la république russe de Mordovie, une réserve voisine de Sarov."Nous avons repoussé une attaque du côté ouest il y a deux semaines, maintenant le feu arrive par l'est (...) et il continue de brûler. Néanmoins, la situation du côté oriental a cessé d'être critique", a affirmé M. Kirienko, alors que l'incendie fait rage sur environ 1.000 hectares.Le patron de Rosatom a souligné que le centre ne sera hors de danger qu'après de "longues pluies". Il a aussi reconnu que les matériaux radioactifs et explosifs avaient dû être évacués par deux fois du centre.Les autorités russes n'avaient jusqu'à présent admis qu'une seule évacuation de ce type, début août, assurant avoir remis ensuite tous les équipements à leur place, tout danger étant passé. Il n'a pas précisé quand les matériaux sensibles ont été évacués la seconde fois.Quelque 3.000 pompiers combattent toujours le feu, a conclu le patron de Rosatom.Le ministère russe des Situation d'urgence a affirmé constater ailleurs en Russie une importante réduction des incendies responsables depuis juillet de la mort d'au moins 54 personnes. Aucune installation russe sensible n'est menacée.Deux sites, le centre de retraitement de déchets nucléaires de Maïak et le centre de matières fissiles de Snejinsk (2.000 km à l'est de Moscou, Oural), ont été un temps menacés par les flammes. Des incendies ont aussi eu lieu dans des zones irradiées par l'explosion en 1986 de la centrale de Tchernobyl, en Ukraine."Il n'y a pas de menace de feux de forêt sur des sites potentiellement dangereux", a insisté le ministre russe des Situation d'urgence, Sergueï Choïgou.Selon son ministère, 480 incendies affectaient encore samedi en Russie 56.000 hectares, soit 10.000 hectares de moins que la veille. Au total plus de 800.000 hectares ont brûlé depuis juillet.La situation s'est aussi améliorée dans la région de Moscou, alors que la fumée nocive des feux de tourbières avait envahi plusieurs jours la capitale russe. Il reste néanmoins 16 incendies, contre 29 la veille, dont sept feux de forêt et neuf de tourbières.Enfin, deux avions de l'armée américaine transportant de l'aide, notamment des vêtements de protection contre le feu et des réservoirs d'eau, ainsi qu'un avion affrété par l'Etat de Californie, ont atterri dans la matinée à l'aéroport moscovite de Vnoukovo, selon des images de la télévision russe."Nous n'oublierons jamais ce geste, cette main tendue vers nous à un moment très difficile", a déclaré le chef adjoint du département international du ministère des Situations d'urgence, Valeri Tchouikov.Deux autres C-130 de l'US Air Force devaient arriver "dans les prochains jours", a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères, "de tels gestes correspondent à l'esprit de relations constructives de partenariat entre nos deux pays".Le président américain Barack Obama a promis vendredi à son homologue Dmitri Medvedev d'envoyer de l'aide pour combattre les incendies. Cette assistance doit s'élever à 4,5 millions de dollars.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.