Rugby: Infamante défaite du XV de France en Italie

0 21.11.2011 09:37

Le XV de France, proprement pathétique, a subi l'une des plus infamantes défaites de son histoire, la première contre l'Italie dans le cadre du Tournoi des six nations (22-21), samedi à Rome, qui promet aux Français une pression maximale jusqu'à l'ouverture du Mondial en septembre en Nouvelle-Zélande.Le 12 mars 2011 restera dans les annales du rugby français. Il y avait eu Grenoble en mars 1997, pour ce qui était jusqu'à samedi l'unique défaite contre l'Italie (32-40), mais avant son admission dans le Tournoi. Il y eut également Auch en 1990 et la défaite (6-12) contre la Roumanie.Dans la catégorie des catastrophes sportives, ces défaites contre des adversaires notoirement plus faibles dépassent en ampleur les régulières déroutes subies contre les grandes nations du Sud, dont la dernière en date le 27 novembre au Stade de France contre l'Australie (16-59). Et celle de samedi à Rome figure en très bonne place dans le tableau."C'est une déception de plus, même si je veux démarrer en rendant hommage à cette équipe italienne qui a pris le match par le bon bout et qui l'a tenu pendant 80 minutes et qui mérite sa victoire. Je savais qu'un jour, ça arriverait, et j'espérais que ce serait une autre fois mais ça n'a pas été le cas", a déclaré, désabusé, l'entraîneur français Marc Lièvremont.Déjà battus (9-17) en Angleterre, les Français n'avaient plus qu'un maigre espoir de victoire finale dans le Tournoi. Après la défaite de Rome samedi, cette question n'a plus lieu d'être, et la réception du pays de Galles samedi prochain au Stade de France revêt d'ores et déjà l'allure d'un chemin de croix.L'Italie, elle, remporte la première victoire de son histoire contre une nation majeure depuis son admission dans le Tournoi en 2000. Son infortune, traduite par une série de frustrantes défaites contre l'Angleterre l'an passé, puis contre l'Irlande et Galles cette année, a connu son épilogue.Contre la France samedi, même menés 18-6 en début de seconde période, les Italiens se sont accrochés et leur ascendant dans le combat, entrevu dès le coup d'envoi, a fini par payer."J'étais fier de mes joueurs après les matches contre l'Irlande et le pays de Galles, j'était très, très déçu après l'Angleterre (13-59, NDLR) et je suis très, très fier de mes joueurs aujourd'hui, a déclaré l'entraîneur sud-africain de l'Italie, Nick Mallett."J'ai eu beaucoup de chance comme entraîneur, j'ai gagné beaucoup de choses avec des grandes équipes comme l'Afrique du Sud et j'ai gagné deux foix le championnat avec le Stade Français mais aujourd'hui, c'est peut-être mon meilleur jour comme entraîneur", a-t-il ajouté.Bousculés dans le combat, seulement dominateurs en mêlée et parfaitement désordonnés en attaque, les Français menaient pourtant 8 à 6 à la pause. Mirco Bergamasco avait ouvert le compteur italien avant l'essai de Vincent Clerc, qui profitait d'un contre initié par Trinh-Duc et d'un service d'Aurélien Rougerie pour prendre Gonzalo Canale à la course.Parra manquait la transformation et Mirco Bergamasco ajoutait une pénalité pour l'Italie avant la pause. Toujours aussi confus dans leurs velléités offensives, les Français croyaient avoir fait le plus dur avec une pénalité puis un essai entre les perches de Morgan Parra, bien servi par Trinh-Duc.Mais au lieu de sombrer, les Italiens reprenaient de plus belle, inscrivaient un essai plein d'abnegation par l'arrière Andrea Masi, excellent tout au long de la rencontre, avant de prendre un avantage définitif grâce à trois pénalités de Bergamasco, contre une de Parra.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.