Rio-Paris : opération de repêchage de l'épave et des corps d'ici un mois

0 21.11.2011 09:35

La France va lancer une délicate opération de repêchage de l'épave et des corps des passagers du vol Rio-Paris d'Air France, engloutis dans l'Atlantique, avec l'espoir de trouver les boîtes noires indispensables à la compréhension de la catastrophe du 1er juin 2009. "La phase de remontée de l'avion pourra être lancée d'ici trois semaines, un mois", ainsi que celle de "la remontée des corps", a annoncé lundi la ministre des Transports, Nathalie Kosciusko-Morizet.Un appel d'offres a déjà été lancé pour le matériel nécessaire à cette nouvelle phase, d'un coût de plusieurs millions d'euros, qui sera financée intégralement par l'Etat.Une dizaine de jours après le lancement de la quatrième phase de recherches en mer, le Bureau d'Enquêtes et d'Analyses (BEA), l'organisme français dirigeant l'enquête technique, a annoncé dimanche avoir repéré le site de l'accident, non loin de la dernière position connue de l'Airbus A330.Les sous-marins autonomes Remus ont photographié des "éléments" de l'avion dont les deux moteurs, la voilure et le train d'atterrissage. Le directeur du BEA, Jean-Paul Troadec, en a présenté lundi les photos lors d'une conférence de presse au Bourget, près de Paris. Les débris de l'A330 reposent "un peu au nord de la dernière position connue", sur un fond assez plat, à 3.900 mètres de profondeur, dans une zone concentrée dans un rectangle d'environ 600 sur 200 mètres, a-t-il précisé.La délimitation de cette zone donne bon espoir aux enquêteurs de retrouver les boîtes noires, qui pourraient permettre d'expliquer la catastrophe."Dans un premier temps, on se concentrera sur la recherche des enregistreurs de vol", qui "ne sont pas (encore) localisés", a déclaré le responsable de l'enquête, Alain Bouillard.M. Troadec s'est toutefois montré confiant : "Comme on a retrouvé le fuselage de l'avion, on sait où les chercher". "Si elles n'ont pas été abîmées lors du choc, il y a des chances qu'elles soient exploitables", malgré une immersion depuis près de deux ans, a-t-il encore observé. Par ailleurs, les enquêteurs pourront compter sur d'autres indices : la localisation de l'avion donnera en effet des informations sur la trajectoire de l'avion. Le champ de débris restreint confirme déjà l'hypothèse selon laquelle l'avion était intact avant son crash. S'agissant des corps, Jean-Paul Troadec n'a pas souhaité entrer dans les détails."Le problème des corps est un peu épineux. Il y a un aspect traumatisant", a lui-même commenté Robert Soulas, vice-président de l'association française des familles de victimes Entraide et Solidarité AF447. "On ne sait pas dans quel état ils sont", a-t-il déclaré à l'AFP, soulignant que certains proches seraient sans doute opposés à leur remontée à la surface.Le gouvernement français va nommer, d'ici le début de la semaine prochaine, un représentant auprès des familles françaises et étrangères pour gérer les aspects pratiques de cette nouvelle étape, selon le secrétaire d'Etat aux Transports Thierry Mariani.Jusqu'à présent, les éléments recueillis par le BEA ont fait apparaître une défaillance des sondes de vitesse, dites sondes Pitot, fabriquées par le français Thales et qui rencontraient des problèmes de givrage à haute altitude, les rendant inopérantes.Mais le BEA n'a eu de cesse de dire que ce dysfonctionnement ne pouvait avoir à lui seul causé la perte de l'appareil.Le 25 mars, une nouvelle phase de recherches avait été lancée pour retrouver l'épave disparue après trois campagnes infructueuses (10 juin-10 juillet 2009, 27 juillet-17 août 2009 et 29 mars-mai 2010) qui ont déjà coûté 21,6 millions d'euros.Sur le plan judiciaire, Airbus et Air France ont été récemment mis en examen pour homicides involontaires.

  1. Les images de l'épave

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.