Réunion de Brégançon: nouvelles mesures de rigueur budgétaire, croissance revue en baisse

0 21.11.2011 13:35

Le président Nicolas Sarkozy a annoncé vendredi 10 milliards d'euros de nouvelles mesures pour réduire les déficits publics, afin de tenir ses engagements européens, en même temps qu'une révision en baisse de la prévision de croissance pour 2011.A l'issue d'une réunion de travail tenue au Fort de Brégançon (sud-est), résidence présidentielle surplombant la méditerranée, l'Elysée a fait savoir dans un communiqué que "10 milliards d'euros de niches fiscales et sociales seront supprimées à l'automne". Par "niches fiscales et sociales", l'excécutif désigne des avantages fiscaux ou exonérations dont bénéficient les ménages ou les entreprises. L'objectif est de ramener le déficit public de 8% du Produit intérieur brut (PIB) actuellement à 6% en 2011 puis à 3% en 2013, soit la valeur de référence inscrite dans les traités européens. Il s'agit d'un engagement pris vis-à-vis de Bruxelles. "Le président a indiqué que la réduction du déficit public à 6% du PIB en 2011, quel que soit le niveau de croissance, constitue un objectif majeur pour le pays", a fait savoir l'Elysée à l'issue de cette réunion avec le Premier ministre François Fillon et les ministres Christine Lagarde (Economie) et François Baroin (Budget). Les exonérations qui seront supprimées n'ont pas été précisées. Le total de ces "niches fiscales et sociales" est estimé à 75 milliards d'euros en 2010. Elles vont de réductions d'impôts pour certaines professions à une TVA réduite pour les travaux de logement par exemple, en passant par des aides fiscales aux ménages employant des aides à domicile, pour les gardes d'enfants par exemple.A l'issue de cette réunion, la présidence a aussi été contrainte de réviser à la baisse sa prévision de croissance pour 2011, à 2% contre 2,5% précédemment. Elle confirme cependant la prévision pour cette année, en estimant que "la perspective de croissance de 1,4% sera atteinte ou dépassée".Cette réunion de pré-rentrée avait pourtant été précédée, pour le gouvernement, par une relative bonne nouvelle, le 13 août, avec l'annonce d'un taux de croissance de 0,6% au deuxième trimestre, supérieur aux attentes. La présidence a également confirmé vendredi plusieurs mesures budgétaires annoncées avant l'été, comme le gel des dépenses de l'Etat en valeur sur les trois prochaines années, le gel des transferts financiers de l'Etat vers les collectivités locales, la baisse de 10% d'ici à 2013 des dépenses de fonctionnement et d'intervention de l'Etat.Après ces annonces et après plusieurs semaines d'hésitation, François Fillon s'était décidé à assumer, à la mi-juillet, le fait qu'il conduit désormais une "politique de rigueur". L'Elysée a malgré tout assuré vendredi que les impôts des particuliers comme des entreprises ne seraient pas augmentés.Depuis la crise grecque, la situation de la France, comme d'autres pays développés, reste sous la loupe des marchés.L'agence Moody's envisageait mardi la perte par la France, mais aussi par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l'Allemagne, de la note "AAA", la meilleure possible, qui permet à ces pays de se financer à des taux très bas et témoigne de la confiance des marchés à leur égard.Le ministre du Budget François Baroin se rendra mardi à Berlin pour une réunion de coordination sur la préparation des budgets respectifs des deux pays.A l'issue de sa séance de travail, Nicolas Sarkozy a quitté Brégançon pour regagner Cap Nègre, à quelques kilomètres de là. Il y passe ses vacances dans la propriété de la famille de son épouse, Carla Bruni-Sarkozy.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.