Retraites: 20000 manifestants à Paris selon la police, Thibault (CGT) demande au Sénat de ne pas voter le projet de loi

0 21.11.2011 09:39

Quelque 20.000 personnes manifestaient vers 15H00 à Paris samedi contre la réforme des retraites, selon une estimation de la préfecture de police de Paris (PP), soit 30.000 de moins que le 2 octobre à la même heure, précédente journée de mobilisation organisée un samedi. Dans le cortgère parisien, Bernard Thibault, secrétaire général de la CGT, a demandé aux sénateurs "de ne pas voter en l'état" le projet de loi sur les retraites.Quelque 340.000 personnes avaient manifesté dans le pays à mi-journée, dans 140 rassemblements et défilés, selon le ministère de l'Intérieur qui juge cette participation "en baisse" par rapport aux quatre précédentes mobilisations.A la même heure le 2 octobre, l'autre journée de mobilisation organisée un samedi, le ministère de l'Intérieur avait recensé 380.000 manifestants dans 150 rassemblements.Selon le ministère, "environ 500.000" personnes, regroupées dans 100 rassemblements et défilés, avaient manifesté à la mi-journée lors de la mobilisation précédente, le mardi 12 octobre.Une comparaison sera nécessairement établie avec le 2 octobre, également un samedi, lorsque les cortèges avaient réuni entre 899.000 personnes, selon la police, près de 3 millions selon la CGT.François Chérèque, secrétaire général de la CFDT, a accusé le gouvernement d'avoir "radicalisé le pays" et d'être "en train de le bloquer", samedi avant le départ de la manifestation parisienne en faveur des retraites.Le secrétaire général de Force ouvrière Jean-Claude Mailly a estimé quant à lui que la participation aux manifestations de samedi pour la défense des retraites serait "au moins du même niveau que ce qui est comparable, c'est-à-dire le 2 octobre".La vague de protestation a pris une nouvelle ampleur depuis mardi dernier, avec des records de participation aux cortèges (3,5 millions selon les syndicats, 1,23 million selon le ministère de l'Intérieur).Véritablement entrés dans le mouvement mardi, les jeunes, notamment les lycéens, devraient être nombreux dans les rues samedi, laissant craindre des incidents comme ces dernières 48 heures.Devant les violences souvent dues à des "éléments incontrôlés", la police a reçu ordre de "limiter l'usage de la force au strict nécessaire". Plus de 150 "casseurs" ont été interpellés vendredi.La totalité des douze raffineries métropolitaines étant en grève, une pénurie de kérosène se profile à Roissy. L'aéroport Charles de Gaulle dispose de réserves de kérosène seulement jusqu'à lundi soir ou mardi, selon le ministère de l'Ecologie. Le ministère de l'Ecologie assure toutefois que, grâce au déblocage des réserves et les importations, il n'y a aucun problème d'approvisionnement des stations service en carburant jusqu'au "début novembre". La ministre de l'Economie, Christine Lagarde, a exhorté les Français à "ne pas paniquer".Chez les salariés, la mobilisation, ne connaît pas de répit, même si la grève reconductible n'a pas pris dans les transports (SNCF, RATP...). Ainsi, dans les Ardennes, l'intersyndicale a appelé à la grève générale reconductible à partir de lundi, une initiative pour l'instant unique en France.Le transport routier pourrait être touché à partir de lundi par des grèves. "Je sens une impatience, les gars disent +il faut y aller+", a déclaré Maxime Dumont, du syndicat CFDT, majoritaire dans les transports.Pendant ce temps, le Sénat poursuit invariablement sa marche vers l'adoption, prévue mercredi, de la réforme des retraites qui reporte l'âge de départ de 60 à 62 ans pour l'âge minimal et de 65 à 67 ans pour une retraite à taux plein.Après une longue séance de nuit vendredi, le Sénat reprend ses travaux samedi à partir de 15h15, donnant juste le temps aux sénateurs de gauche d'aller saluer les manifestants parisiens.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.