Résurrection ou résignation pour LeMans FC ?

0 21.11.2011 09:41

La formule est d’actualité : le vestiaire a pris ses responsabilités. Voire parfois le pouvoir. Changement de méthode, de discours ? Arnaud Cormier a innové en se contentant d’un simple monologue.Ni questions, ni réponses forcément. Suite à ses propos jugés « mal interprétés après la défaite clermontoise ». Le coach ne s’est pas désolidarisé de son groupe et il semble en être de même pour ce dernier.Alors que faut-il attendre de ce déplacement au Stade de Reims ? Sachant que ce dernier constituerait bien l’exemple parfait. L’an passé, il ne comptait que huit points après onze journées (9 pour Le Mans) et qu’il avait terminé au final en 10e position avec 49 points.« En football, seul on n’est rien »Le revers de vendredi a été ressenti comme une sorte de « tsunami » dans ce groupe manceau très jeune. Trop sans doute. Et certains ont sûrement besoin de se remettre en cause. « Que les garçons se réunissent entre eux et s’expliquent, c’est plutôt une attitude positive. Car justement quelques attitudes m’ont déplu face à Clermont. Mes commentaires visaient davantage des attitudes individuelles plus qu’un comportement général » plaidait le coach manceau, qui n’avait pas rejoint Clairefontaine sans passer un message fort.Le « patron » a tapé du poing sur la table. Maintenant, que va-t-il en sortir à la base ? Certains ont peut-être pensé que seul l’exploit personnel, avec son côté réducteur quand ça ne marche pas, était censé sauver la face. Ou cacher la misère. Mais face aux Auvergnats, la générosité dans l’investissement était trop juste pour espérer un trait de lumière. « En football, comme dans tout sport collectif, quand on est seul, on n’est rien… Il faut bien se le mettre en tête » insistait Arnaud Cormier. On ne saurait lui donner tort. Même si on est toujours en droit de s’interroger sur les vertus d’un collectif bien jeune.Dynamique de… l’échecFinalement, LeMans FC n’a jamais été aussi réactif que dans le négatif. Référence à cette victoire à Istres (un hold-up en fin de match), qui a peut-être aussi fait miroiter une valeur ajoutée surévaluée. « Ou bien, faut-il être au pied du mur, en grand danger, pour se bouger ? » Une dynamique de l’échec, qui ne saurait emmener très loin. Même si ce soir, on ne la renierait pas… Si par hasard LeMans FC créait l’exploit face au premier de la classe. Résurrection ou résignation ?Christian LOUISStade de Reims - LeMans FC ce vendredi soir 20 heures

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.