Regain de tension aux Sablons : un contexte social difficile

0 21.11.2011 10:36

Dans nos éditions d’hier, mardi, nous évoquions le climat de tension qui règne depuis quelque temps autour de la place des Sablons, particulièrement entre un groupe de très jeunes adolescents et les forces de l’ordre. Nous avons contacté le centre social et l’association Femmes relais Sarthe, qui nous expliquent le contexte.Henriette Langagne, présidente du centre social des Sablons, partage le constat d’un certain regain de tension. « C’est vrai depuis quelque temps déjà. C’est le fait d’enfants insaisissables, pas trop nombreux. Quand nous organisons des manifestations, ils tournent autour, provoquent, mais ne viennent pas. Pour moi, c’est un appel au secours. »« Un appel au secours »Pour autant, les mains tendues sont restées vaines. « Il faut accomplir un travail individuel sur ces enfants. Il y a eu des tentatives pour les mettre en confiance, mais cela a été un échec. Il s’agit, pour beaucoup, d’enfants qui viennent de pays où ils ont vécu en milieu hostile. Il faut arrêter de mettre toutes ces personnes en difficulté dans un seul et même quartier. »« Des familles déstabilisées »L’association Femmes relais Sarthe, qui a pour but d’aider les familles à s’intégrer, constate aussi le problème, sous un angle différent. « Voyez, là, on vient d’incendier une poubelle en bas de chez nous, explique la directrice de l’association, Mireille Martin. Ce genre d’agitation, ou de tension, ça me rappelle ce qui se passait à Jean-Bart il y a 15 ans. » Selon Mireille Martin, l’origine du problème tient au contexte. « Les agissements de ces jeunes garçons traduisent un malaise. On rencontre des familles en difficulté sociale, économique, qui sont déstabilisées, qui maîtrisent mal le français, qui cherchent des repères, et où parfois le père est absent. Ils nous disent avoir des difficultés de communication grandissante avec leurs enfants. Du coup, il peut arriver que ces enfants profitent de la situation pour s’affranchir des règles, et tant que la famille ne réagit pas, les gamins ont un sentiment de toute puissance. Mais il ne faut stigmatiser personne. Quand quelques-uns font les imbéciles, c’est le résultat d’une expression collective plus ou moins consciente. » Le tout dans un climat général difficile. « Quand la société va mal, il y a plus de feux de poubelle. »Lire : «Regain de tension au Mans : la police prise dans une embuscade»Lire : Vos échanges sur notre profil Facebook

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.