Référendum à Madagascar: les électeurs se prononcent sur une nouvelle Constitution

0 21.11.2011 10:08

Les Malgaches se prononçaient mercredi par référendum sur un projet de Constitution censé amorcer une sortie à la très longue crise politique du pays, premier test électoral pour l'homme fort du pays Andry Rajoelina depuis son arrivée au pouvoir en 2009.Les opérations de vote ont débuté dans le calme dès 6H00 locales (3H00 GMT) dans la capitale Antananarivo, où les électeurs se sont présentés en nombre devant les bureaux de vote aménagés dans les écoles et autres bâtiments publics.M. Rajoelina a voté peu après 8H00 locales dans un bureau proche de son domicile dans le quartier d'Ambatobe et s'est dit serein sur le bon déroulement du scrutin. Un peu moins de 8 millions d'électeurs sont appelés à se rendre dans plus de 18.000 bureaux de vote, dont la fermeture est prévue à 16H00 locales (13H00 GMT).La situation était normale dans toute la capitale où les forces de l'ordre étaient peu visibles en ce jour déclaré férié. Mardi soir, de rares incidents mineurs ont été signalés dont un minibus brûlé à Antananarivo. Ce référendum est la première étape d’un processus de sortie de crise initié en août par M. Rajoelina et une centaine de partis politiques, qui prévoit des élections municipales en décembre, des législatives en mars et une présidentielle en mai.Il est surtout le premier scrutin depuis la prise de pouvoir de M. Rajoelina qui, soutenu par la rue et l'essentiel de l’armée, avait évincé en mars 2009 le président élu Marc Ravalomanana.Les trois mouvances des anciens présidents Ravalomanana, Didier Ratsiraka et Albert Zafy, aujourd'hui dans l'opposition, refusent ce processus et ont appelé au boycott de la consultation, demandant le respect des accords intermalgaches signés l’an passé à Maputo et Addis Abeba sous médiation internationale.La communauté internationale n’a pas non plus donné son assentiment, jugeant l'initiative "pas assez consensuelle". Dans ce contexte, l'enjeu du référendum réside essentiellement dans la mobilisation électorale. Après une campagne très largement dominée par le camp du "oui", les partisans de M. Rajoelina espèrent une participation au moins équivalente à celle du précédent référendum constitutionnel en 2007, soit 43%.Madagascar est plongée dans une grave crise politique et économique depuis fin 2008 puis l'éviction de M. Ravalomanana. Le projet de loi fondamentale est censé éviter les "dérives dictatoriales" et renforce notamment la décentralisation. L’âge minimum pour pouvoir être candidat à la présidence est abaissé de 40 à 35 ans, ce qui autoriserait Andry Rajoelina, 36 ans, à se présenter au prochain scrutin présidentiel, même si l'intéressé s'est engagé à ne pas être candidat."Les gens semblent intéressés, en tout cas il y avait du monde dès 6H00", a témoigné le vice-président d'un bureau de vote de la ville haute d'Antananarivo, où une demi-douzaine de personnes faisaient la queue."C’est notre droit de venir voter, il faut l’utiliser en tant que patriotes", a expliqué à l’AFP Zoly, 37 ans, avant d’entrer dans l'isoloir. Apprêtée et souriante, elle dit avoir "totalement confiance" et pense que ce référendum est "une étape positive pour sortir de la crise". Julien, 46 ans est venu "voter pour l’avenir de Madagascar". Il ne cache pas avoir coché "oui", car il "désire un changement", mais semble peu au fait du contenu de la nouvelle Constitution."C’est vrai que c’est compliqué mais ce n’est pas vraiment le problème. Il s’agit surtout de dire si on veut rester dans cette impasse ou si on veut en sortir", explique un autre électeur.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.