Reconstitution de la prise d'otages du Ponant: les avocats des Somaliens dénoncent une "mascarade"

0 21.11.2011 09:52

Les avocats de six Somaliens, accusés d'avoir pris en otages l'équipage du Ponant en avril 2008 au large de la Somalie, ont quitté le navire avant la fin d'une reconstitution organisée samedi dans le port de Nice, protestant contre ce qu'ils considèrent comme "une mascarade"."Ni les parties civiles, ni les mis en examen n'ont eu le droit de faire des observations et de poser des questions. Au bout de trois heures de cette mascarade, nous avons décidé de quitter les lieux", a indiqué à l'AFP Me Grégory Saint-Michel, avocat de l'un des Somaliens.La reconstitution a commencé à 09H00 en présence des six Somaliens mis en examen dans ce dossier. Ils sont montés sur le voilier de luxe, un grand trois-mâts blanc, sans menottes mais portant des harnais jaunes et oranges munis chacun d'une poignée dans le dos tenue par un gendarme, a constaté un photographe de l'AFP.Trois d'entre eux, qui nient avoir participé à la prise d'otages, ont refusé de participer à la reconstitution. Six hommes en noir, qui avaient pris place sur un zodiac, ont simulé l'assaut du navire.Depuis une terrasse en surplomb du port, les journalistes ont pu voir un policier tenant un lance-roquette sur le bateau. Plusieurs gendarmes en chemise bleue étaient assis sur le pont.Dès le début de la reconstitution, le juge Patrick Gachon, qui instruit le dossier, a précisé aux avocats qu'aucune intervention ni aucune question ne seraient autorisées: "c'était plutôt un transport sur les lieux qu'une reconstitution", qui est en principe une procédure contradictoire, a estimé Me Saint-Michel.Les cinq avocats ont quitté le navire à 12H30. La reconstitution devait se terminer dans l'après-midi. "Je ne vois pas à quoi ça a servi sinon à prendre des photos in situ du résumé fait par le juge d'instruction", a ajouté Me Saint-Michel.En mars, le juge Gachon avait signifié aux parties qu'il considérait son enquête close. Il avait cependant fait droit à une demande de la défense d'organiser une reconstitution.Les six pirates présumés, âgés de 22 à 47 ans, avaient été capturés le 11 avril 2008 par des forces spéciales françaises en territoire somalien, alors qu'ils prenaient la fuite à bord d'un 4X4 peu après la libération contre rançon de l'équipage.Après avoir été détenus cinq jours sur un navire français, ils avaient été mis en examen à Paris et placés en détention provisoire dans plusieurs prisons françaises.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.