Proche-Orient: satisfaction en Israël après le recul américain sur les colonies

0 18.11.2011 09:10

Les dirigeants israéliens affichaient leur satisfaction mercredi après l'échec des efforts américains d'obtenir un gel de la colonisation permettant la poursuite des négociations avec les Palestiniens.Le chef de la principale organisation de colons, Danny Dayan, qui avait fait campagne contre tout gel de la colonisation, jubilait après la décision américaine."Israël a tenu bon et n'a pas cédé aux exigences étranges et extrémistes des Américains et le ciel ne nous est pas tombé sur la tête. Les Américains ne nous ont même pas critiqués", s'est félicité M. Dayan, secrétaire général du conseil des implantations de Cisjordanie à la radio militaire. "Finalement, la crédibilité d'Israël qui a su défendre ses intérêts nationaux sort renforcée et tous ceux qui pensaient que nous ne pouvions pas résister aux pressions américaines se sont trompés", a-t-il ajouté.Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu avait accepté le plan américain avec réticence et exigé des garanties écrites sur des compensations politiques et militaires, qu'il n'a pas obtenues."La partie américaine est arrivée à la conclusion qu'un gel en Judée-Samarie (Cisjordanie) ne réglera pas le problème (...) Nous avons dit d'entrée de jeu que la colonisation n'est pas la racine du conflit et qu'elle sert de prétexte aux Palestiniens pour refuser de négocier", a affirmé à la radio militaire le porte-parole de M. Netanyahu, Nir Hefetz."Les attentes des Palestiniens qui pensaient que l'on pouvait arriver à un accord sur les frontières durant les trois mois de gel n'étaient pas raisonnables", a-t-il estimé."Le but n'était pas le gel mais de parvenir à un accord. Or, les Palestiniens doivent comprendre ce que les Américains ont compris, à savoir qu'il n'est pas possible d'isoler la question des frontières (du futur Etat palestinien) des autres questions clé", a affirmé à la radio publique Tzvi Hauser, le secrétaire de cabinet.Le plan américain prévoyait un accord sur le tracé des frontières durant cette période de trois mois de gel."Les Américains sont arrivés à la conclusion qu'il faut emprunter une nouvelle voie pour parvenir à un accord cadre", a ajouté M. Hefetz. Le chef du conseil de sécurité nationale Uzi Arad a pour sa part tenté de ne pas froisser les Etats-Unis. "Les Américains savent que le Premier ministre est sérieux et qu'il n'a aucune intention de gagner du temps", a affirmé M. Arad. Un des négociateurs palestiniens, Yasser Abed Rabbo a attribué "l'échec de l'administration américaine au coup que lui a porté le gouvernement israélien" par son refus du gel, précisant que la direction palestinienne allait se saisir de cette question."Nous tiendrons compte de ce changement de la politique américaine en raison de l'intransigeance israélienne pour déterminer si l'administration américaine qui a échoué dans ses efforts une première fois pourra parvenir à quelque chose à l'avenir", a-t-il déclaré à la radio Voix de la Palestine.Il a affirmé que cet échec américain validait l'intention des Palestiniens de s'adresser à la communauté internationale dans son ensemble, en référence à la reconnaissance d'un Etat de Palestine par plusieurs pays latino-américains.Les Etats-Unis ont annoncé mardi avoir abandonné l'idée d'obtenir un gel de la colonisation israélienne en Cisjordanie et indiqué qu'ils allaient essayer désormais de parvenir à la paix en se concentrant sur les "problèmes centraux" du conflit.Le porte-parole du département d'Etat Philip Crowley a précisé qu'une nouvelle approche de ces pourparlers devait être discutée la semaine prochaine au département d'Etat à Washington, où négociateurs israéliens et palestiniens sont attendus.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.