Pro A : le MSB ne répond plus

0 21.11.2011 09:29

Les propos de Christophe Le Bouille au printemps dernier, après la qualification du MSB pour la 14e saison de suite en play-offs, résonnent encore. « Savourons ce moment car quand on voit combien de clubs huppés se sont pris les pieds dans le tapis ces dernières années, on est heureux d’être aussi régulier ». Un peu raillé pour ce qui passait sur le moment comme un manque d’ambition, le président manceau aurait-il raison ? Bien entendu, il est encore trop tôt pour le dire mais le démarrage plus délicat du MSB en championnat laisse perplexe. Et pose bon nombre de questions.Depuis quand un si mauvais départ ?Il faut remonter à la saison 2006/2007 pour trouver trace du même bilan après 6 journées : 2 victoires (Cholet et Hyères-Toulon) et 4 défaites dont deux à domicile (Dijon, ASVEL, Orléans et Chalon). Cette année-là, le MSB avait terminé 6e de la saison régulière (21v, 13d) avant de perdre dès les 1/4 des play-offs, à la belle, contre Chalon.Est-ce le pire départ à domicile ?Oui. Le Mans est la seule équipe à ne pas avoir encore gagné chez lui après trois tentatives. L’an dernier, Dijon avait aussi vaincu avant sa terrible série de défaites. Pour trouver pire, il faut remonter à Pau-Orthez lors de la saison 2008/2009 qui avait perdu ses six premiers matches au Palais des Sports.La situation comptable du MSB est-elle déjà inquiétante ?Oui… mais ça aurait pu être pire. Le club sarthois fait parti d’un groupe de 5 avec Limoges, Poitiers, Orléans et Villeurbanne, juste devant la lanterne rouge, Vichy (1v, 5d). Mais le MSB s’en sort bien car avec les défaites surprises des leaders ce week-end dans une Pro A où la hiérarchie peine à se dessiner, il est « seulement » à deux victoires d’une place dans le Top 4 et à une seule d’une place dans les 8 en vue d’une qualification à la Semaine des As.Quels sont les problèmes flagrants ?Dès l’entame de match, on a vu des Tangos complètement déboussolés pour mettre en place leur jeu d’attaque. Pas de solutions pour contourner la solide défense choletaise mais aussi beaucoup de contre-attaque avortées ou mal négociées, des shoots refusés où même de simples touches ou passes mal assurées. Longtemps dominée sous les panneaux, l’équipe mancelle a rétabli l’équilibre au rebond mais à complètement vendangé ses occasions : 9 pts sur 2e chance seulement pour 19 rebonds offensifs alors que Cholet en inscrit 15 pour 14 rebonds. La réussite en berne (lire ci-dessous), il manque clairement un leader pour prendre les responsabilités.Les joueurs sont-ils tous fautifs ?Dur, dur de trouver des satisfactions mis à part les 22 minutes de Charles Kahudi (7 pts, 10 rbds) qui prouvent combien l’ailier international manque à son équipe depuis plusieurs semaines. A la mène, Pellin distribue mieux le jeu (9 pds) qu’un Diot qui s’emmêle les pinceaux. De même, les évaluations avantageuses de certains cachent un manque de réussite flagrant (Koffi 3/10 aux tirs, Acker 4/14, Diot 1/7). Les sorties de banc comme celle de Rupert (8 pts, 3 rbds) demandent à être plus nombreuses.Quelles solutions à court terme ?Plusieurs sont possibles si, dès cette semaine, la spirale négative se poursuit. D’abord, une redistribution des rôles. Comme il y a deux ans avec le placement de Bluthenthal en 6e homme, Acker, pointé du doigt, pourrait bien retrouver de l’impact dans ce rôle-là. De même, dans une moindre mesure, Pellin en replacement de Diot et Covile de Batista, ne mériteraient-ils pas de débuter les matches ? Autre solution, modifier l’effectif. Soit en coupant un joueur comme cela avait été le cas avec le départ de Chase remplacé par Dixon début 2009. Soit en incorporant un nouveau, une place de non-JFL restant vacante. Reste à savoir si les finances peuvent l’assumer. Dernière possibilité… faire confiance comme cela avait été le cas avec Spencer, sur la sellette fin 2008, avant de retrouver son niveau par la suite. Mais à ce rythme, où sera le MSB à la trève ?Le calendrier et l’Eurocup : le rythme du renouveau ?Le MSB a besoin de gagner et de ne pas cogiter. L’enchaînement des matches, des déplacements avec le début de l’Eurocup cette semaine, peut lui en donner l’occasion. Mais si elle ne montre pas plus de caractère, à commencer par demain dans la petite salle surchauffée d’un Banvit en forme (lire ci-contre), l’équipe de JD Jackson continuera de souffrir.Raphaël CAILLAUD

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.