Première apparition publique de Khroma, le plus vieux bébé mammouth du monde

0 18.11.2011 09:43

Prêté par la Russie à la France, Khroma, bébé mammouth de plus de 50.000 ans, est arrivé jeudi soir au musée du Puy-en-Velay pour y être exposé vendredi, une première mondiale qui pourrait éclairer les conditions de vie de son espèce.Le petit mammouth, retardé à la frontière russe puis envoyé au Commissariat à l'énergie atomique (CEA) de Grenoble pour des raisons sanitaires, est finalement arrivé au musée jeudi vers 18H00, au lieu de samedi dernier, dans une lourde caisse à roulettes.Munis de gants, plusieurs de ses accompagnateurs ont ouvert le caisson pour le montrer à la presse, sans ôter l'enveloppe destinée à le maintenir à une température de -18°C. Massés à la porte, les spectateurs de tous âges ont sorti téléphones portables et appareils photo pour immortaliser la scène."S'il avait fallu, j'aurais fait la queue toute la journée. Je pense que dans une vie, on ne voit un mammouth qu'une seule fois", s'est réjoui Dany Trolio, 48 ans, Toulousaine en vacances en Haute-Loire, fascinée par "tout ce qui est préhistoire".Prévenue que Khroma ne serait exposé que vendredi, Jessica, 17 ans, a néanmoins profité de la cohue pour se faufiler avec une amie et apercevoir le bébé mammouth. "On est là par curiosité, pour apprendre sur l'espèce", explique l'adolescente.A l'arrivée du paléontologue Bernard Buigues, spécialiste des mammouths, à l'origine de la venue de Khroma en France, l'animal a été sorti de sa caisse, dégageant une odeur forte, puis installé dans la vitrine cryogénique où il doit être exposé avant son autopsie fin août."Pour la première fois, on montre un mammouth au public avant les analyses, alors qu'il a encore tous ses organes", s'est félicité le paléontologue du musée, Frédéric Lacombat, soulignant que les scientifiques disposent de "très, très peu d'informations" sur l'époque à laquelle vivait Khroma.Pièce maîtresse d'une grande exposition dédiée aux mammouths, visible jusqu'au 15 novembre, ce bébé de quelques mois pourrait livrer des indices sur son environnement, sur sa mère, qui l'allaitait encore lorsqu'il est mort, mais aussi sur les raisons de l'extinction de l'espèce.Le bébé mammouth a été découvert par un chasseur en juillet 2009, dans le permafrost fondant, près de l'Océan Arctique, sur les berges de la rivière Khroma."Cette trouvaille est extraordinaire. C'est la plus ancienne, la plus âgée, on va pouvoir découper ce qu'on veut, ouvrir et prendre les échantillons sans avoir le contrôle des autorités russes", s'est enthousiasmé Bernard Buigues, qualifiant le mammouth de "marqueur de l'environnement, du climat de l'époque"."On va pouvoir comparer son génome avec celui des mammouths plus anciens pour voir s'il n'y a pas un affaiblissement génétique qui expliquerait une extinction de l'espèce", a poursuivi le scientifique.De façon plus anecdotique, son passage au scanner permettra de dire si le jeune animal, jamais radiographié, était un mâle ou une femelle, son bassin, vraisemblablement tordu après une chute du haut d'une falaise, étant retourné de façon à cacher son sexe.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.