Plantu : «Le dessin, un révélateur »

0 21.11.2011 09:28

Dessinateur emblématique du Monde, Plantu croquera, selon son humeur, les interventions du Forum, samedi soir.Le Maine Libre : Qu’est-ce qui vous fait rire ?Plantu : Tout ce qui permet d’alléger les tensions. J’aime ce petit coup d’épaule qui suffit à décaler une situation un peu lourde. Ces petits déclics ordinaires font du bien.Comment jugez-vous l’évolution de la caricature ?L’époque change. Je ne pourrais plus me permettre certains dessins. Voici 20 ans, les caricatures de Mahomet n’auraient posé aucun problème. Désormais, les fondamentalismes de tout crin s’appuient sur le web pour multiplier les fatwas et les menaces. Ces réactions influencent les rédactions en chef. Un de mes dessins sur la pédophilie des prêtres a provoqué, en un jour, 3 000 mails de protestation. Le rédacteur en chef m’a demandé de me calmer sur le sujet pendant quelque temps. Mon dessin sur Tarek Aziz était volontairement glaçant. C’est la réalité qui est ainsi. Mon dessin n’est qu’un révélateur. Les pressions s’accentuent ?Nous les caricaturistes, nous sommes aux avant-postes car nous poussons l’art de la provocation. Mais les journalistes s’emparent parfois de détails. Ils influencent ainsi l’opinion publique au détriment du fond. Regardez le sort fait aux petites phrases, à l’exemple de celle d’Hortefeux. Ça a déchaîné la meute. Or, on ne retient plus que ce buzz. Le caricaturiste se fait piquer le boulot par le journaliste, avec une différence fondamentale : nous ne mentons pas sur la marchandise. Les lecteurs savent que nous forçons le trait, alors que les journalistes prétendent être dans l’analyse. Dans nos pays libres, c’est l’audimat qui impose la hiérarchie de l’information. On devrait enseigner, dans les écoles, la façon de se forger une opinion personnelle.Quelle définition donneriez-vous de l’humour ?Un élément indispensable comme l’oxygène. C’est salutaire de se moquer des puissants de ce monde. Cela dit, la liberté se réduit. Regardez cet imbécile qui a décrété qu’aucune image avec cigarette (ou pipe) ne pouvait être affichée dans le métro, fut-ce Tati ou Saint-Exupéry. J’ai été ravi de voir qu’un de mes dessins représentant Camus avec sa cigarette, avait déjoué cette censure. Je tiens à ces petits combats, sans me prendre au sérieux pour autant. Propos recueillis par Frédérique BREHAUT

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.