Petit Le Mans à Road Atlanta : « Spirit of Le Mans » selon l’Américain Don Panoz

0 21.11.2011 09:21

Panoz a toujours eu un faible pour les carrosseries spectaculaires. A l’occasion des dernières 24 Heures, le petit constructeur américain a présenté l’Abruzzi, un concept de GT dont les lignes auraient leur place dans un cartoon de Tex Avery : prix de vente entre 400 000 et 500 000 €… « C’est le paroxysme et la combinaison d’efforts et de rêves », explique Don Panoz fondateur de Panoz Motor Sports Group et propriétaires de circuits, vignobles, châteaux, résidences, terrains de golf et usines de voitures. Bref, c’est l’homme qui organise depuis dix ans un championnat américain réservé aux voitures types Le Mans. « Mon fils a commencé à construire un roadster en 1996 et je lui ai dit que s’il voulait vendre ses voitures de sport il avait besoin de les aligner en compétition. A l’époque, je prenais ma retraite de l’industrie pharmaceutique. Il m’a dit : pourquoi est-ce que tu ne t’en occupes pas ? Je ne connaissais rien au sport automobile, je n’avais vu que quatre courses dans ma vie. J’avais vu le film "Le Mans", avec Steve McQueen, donc pour moi la course automobile, c’était Le Mans et rien d’autre ».Don Panoz : « Pour moi, Le Mans, c’est le joyau du sport auto »Et depuis ses accords avec l’ACO pour l’organisation d’épreuves Don Panoz revient régulièrement en Sarthe, berceau de la course. « La marque Panoz a toujours fabriqué ses modèles à la main pour offrir des voitures hors norme et ainsi permettre à nos clients de vivre une expérience originale. C’est exactement dans ce sens que va notre nouvelle production. » a-t-il ajouté. L’Abruzzi « Spirit of Le Mans » est équipée d’un moteur développant 600 chevaux. La Panoz Abruzzi sera produite à 81 exemplaires, soit le nombre d’éditions des 24 Heures entre la première course, qui remonte à 1923, et 2013, année où la dernière auto sortira des chaînes. Pour rendre hommage à son nom les propriétaires de la Spirit of Le Mans prendront possession de leur véhicule sur le circuit Sarthois et auront la possibilité jusqu’en 2013 de faire quelques tours sur le circuit avant la course d’endurance. A 75 ans l’ancien fondateur d’Élan Corporation, leader de l’industrie pharmaceutique (brevet mondial du patch à la nicotine) n’a rien perdu de son enthousiasme et à l’aube des premiers tours de roues officielles sur son circuit de Road Atlanta. «Le Mans, ce n’est pas comme la F1 ou la Nascar où tout le monde tourne en rond, il y a quelques dépassements par course et c’est fini. Le Mans, c’est autre chose. C’est aussi un esprit et un nom spécial, que tous les amateurs de sport automobile connaissent, dans le monde entier. Je me suis dit qu’il fallait utiliser cette réputation, alors on a d’abord créé la course de Petit Le Mans, à Road Atlanta, puis j’ai racheté deux autres circuits, dont celui de Sebring, et on a décidé de faire l’American Le Mans Series (ALMS). Tout s’est passé très vite, comme un film qui passe en accéléré. Pour moi, Le Mans, c’est le joyau du sport automobile.»Bruno PALMETLa nouvelle Abruzzi « Spirit of Le Mans » avait été dévoilée, en juin dernier, dans le cadre des 24 Heures du Mans.Photo : Maine Libre, Denis Lambert.Les premiers tours de roues officielles de cette bombe ont lieu cette semaine à Petit Le Mans.Photo Maine Libre, Denis Lambert

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.