Nus pour une très bonne cause

0 21.11.2011 09:53

Tout est parti d’une plaisanterie lancée au hasard dans une discussion. « Avec Olivier Mathiez de La Fabrique et réfléchissait à des idées d’animation et on s’est dit en rigolant : « Et si on faisait un calendrier de nus comme celui des Dieux du stade ? » », se souvient Ludovic Graffin, patron du restaurant La Maisonnette.De blague, l’idée est devenue projet et tout le monde s’est pris au jeu. « Huit restaurateurs de l’association ont posé pour les pages du calendrier », explique Jean-Claude Sepré, président de l’association des restaurateurs de la cité Plantagenêt. « On avait vraiment envie de faire quelque chose en direction de l’humanitaire. C’était l’occasion »Et c’est au profit du Téléthon que l’association a finalement décidé de réaliser ce calendrier sans prétention, si ce n’est celle de récolter des fonds. « Nous avons pris contact avec la coordination départementale pour obtenir l’agrément pour le projet. Ça a pris plus de temps que prévu et du coup, le calendrier n’est pas prêt pour le lancement de ce week-end de Téléthon ».Qu’à cela ne tienne, le calendrier qui sera en vente dès mercredi soir dans les 17 restaurants de l’association. « Il sera disponible jusqu’au 19 décembre pour que l’on puisse ensuite envoyer les fonds récoltés à l’association du Téléthon. Le prix sera de 10€ minimum », les clients étant bien sûr libres de donner plus.Que ceux qui craignent que les poses soient par trop suggestives se rassurent de suite : il n’y a aucune vulgarité dans les photos qui composent le calendrier. Bien au contraire. A la manière du célèbre calendrier des rugbymans français, les photos, toutes en noir et blanc, sont pleines de pudeur. « Les photos ont été prises entres nous dans l’un des restaurants de l’association avec une lampe de chevet pour éclairage sont de belle qualité », explique Olivier Mathiez qui confie être « très content du résultat ».Reste maintenant à affronter la réaction des clients. Mais loin d’en avoir peur, les restaurateurs attendent avec impatience les retours de leur clientèle. « On n’en a pas peur du tout », s’amuse Ludovic Graffin. « Il faut être ouvert d’esprit. Au contraire, je pense que le calendrier va casser la rigidité de la profession. C’est une façon de dire que dans la restauration, on est aussi capables de s’amuser ». Et quand c’est pour une bonne cause, c’est encore mieux.Mathilde BELAUD

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.