NTM fait rugir le Parc des Princes

0 21.11.2011 09:39

Assagis, consacrés, ils attirent désormais toutes les générations mais JoeyStarr et Kool Shen, le duo fondateur du rap français avec NTM, ont prouvé samedi soir au Parc des Princes qu'ils conservaient leur qualité première: une incroyable énergie.Les deux complices, qui avaient dû interrompre leur tournée en 2008 à cause de l'incarcération de JoeyStarr pour violences volontaires, ont pris leur revanche et fait rugir, sauter, chanter, crier des milliers spectateurs ravis et déchaînés malgré un vent frais.Dans un stade "ce qui fait le gros changement, c'est l'interaction avec les gens. Plus on nous envoie, plus on renvoie", avait dit, avant le concert, JoeyStarr, 43 ans, à l'AFP.Et Kool Shen, 42 ans, avait ajouté avoir "une grosse envie d'entendre la clameur du stade. La foule ça transcende. Même si en réalité l'envie de monter sur scène, de se donner à 500% est la même, là tu réunis 50.000 personnes".Sur l'immense scène, ils ont couru en tous sens devant une structure géante avec écrans vidéos, podium surélevé pour les deux DJ, danseuses à peine vêtues, choristes, danseurs de breakdance en furie, orchestre live avec un batteur époustouflant.Avant les premières mesures de "Qu'est-ce qu'on attend (pour foutre le feu)", issu de leur album "Le monde de demain", qui prédisait la crise des banlieues dès 1990, Kool Shen lance: "On a écrit çà il y a vingt ans, et il semble que la suite nous a donné raison...""Maintenant, il va falloir entrer en résistance" (hurlements de la foule) "Mais par résistance, j'entends solidarité. Et pas attaquer un chauffeur de bus, ou mettre le feu à un bus. Parce que çà, çà s'appelle se tirer une balle dans le pied !"Quand ils estiment que le public ne répond pas assez, les Suprême NTM coupent les micros et envoient dans la sono, en riant, la musique du dessin animé "Chapi Chapo"."En ce moment, l'équipe de France, elle joue pas terrible" dit Kool Shen. "Nous, ce soir, on est dans un stade, alors il va falloir faire mieux que çà !!"Dans le public, il y a Juliette, 62 ans (elle refuse de révéler son nom de famille). "J'ai découvert JoeyStarr grâce à ma fille, qui le connaissait", dit-elle. "C'est un grand poète, il possède merveilleusement la langue de Molière. Et c'est quelqu'un de chic..."Elle est venue avec Carl, même âge, américain de Washington, DC, installé à Paris depuis trente ans. "NTM ? Excellent. Cela rocke autant que le rap US. Ils sont aussi bons que les plus grands, aussi bons que 50 cents..."Mais il y a aussi Nordine Afalah, 16 ans, venu de Plaisir (Yvelines) "parce que ma mère a eu des places gratuites, par une connaissance... J'aurais jamais eu les 67 euros".Philippe Colonaux, 37 ans, est venu avec des copains de Champigny-sur-Marne. "Je les suis depuis le début, on a presque le même âge, c'est la cinquième fois que je les vois sur scène. Ils ont de très beaux textes, très positifs quand on les écoute. Très différents de ce on dit souvent d'eux. JoeyStarr, c'est pas forcément un modèle, mais c'est pas ce que je lui demande".Après dix ans de séparation, NTM s'est reformé en septembre 2008, avec cinq soirées à Paris-Bercy, puis une tournée de huit dates, qui avait dû être annulée après l'incarcération de JoeyStarr, condamné à deux ans d'emprisonnement dont six mois ferme.Cet été, ils participeront à quelques festivals, dont les Vieilles Charrues le 16 juillet.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.