Nouvelle-Zélande: le séisme complique le vaste chantier engagé pour le Mondial 2011

0 17.11.2011 17:55

La Nouvelle-Zélande, secouée par la crise mondiale en 2009 et frappée par un puissant séisme, s'est transformée en vaste chantier pour devenir le "stade de quatre millions d'habitants" qui accueillera la Coupe du monde de rugby en 2011, mais doit cravacher pour mener à bien ses objectifs.La ville de Christchurch (sud) a été frappée mardi par une puissante réplique, de magnitude 5, du séisme qui a secoué la principale ville de l'île du Sud le 4 septembre. Le stade pourrait avoir souffert de dommages importants.Le président de l'International Board (IRB), Bernard Lapasset, a indiqué à l'AFP qu'un "plan B" était à l'étude en cas de dommages insurmontables. Une délocalisation des sept rencontres (dont deux quarts de finale) prévues à Christchurch est à l'étude, soit sur un autre site de l'île du Sud, soit sur l'île du Nord.A un an de l'ouverture du Mondial (9 septembre - 23 octobre 2011, ce séisme vient alourdir le cahier des charges de la Nouvelle-Zélande.Le contraste est saisissant: la dernière Coupe du monde, en 2007, a été organisée par la France, pays de 60 millions d'habitants. La prochaine, en 2015, aura pour théâtre l'Angleterre, trois ans après les jeux Olympiques attribués à Londres en 2012.Entre temps, la Coupe du monde de rugby a choisi la Nouvelle-Zélande comme terre d'accueil, un pays de quatre millions d'habitants durement touché par la crise financière en 2009 et pour qui l'organisation d'un tel évènement relève de l'exploit."Le Stade de quatre millions d'habitants était un grand projet et à douze mois de l'échéance, je suis sûr que, pas à pas, notre +stade+ va devenir une réalité", a déclaré le chef du Comité d'organisation, Martin Snedden.Le premier chantier concerne la rénovation des stades. 240 millions de dollars néo-zélandais (environ 136 M EUR) ont été investis pour porter à 60.000 places la capacité du mythique Eden Park d'Auckland, qui avait accueilli la finale du Mondial-1987.A Wellington, le Westpac Stadium doit subir un examen complet en raison de nombreuses fuites. A Dunedin, les organisateurs doivent cravacher pour mener à bien la construction du stade au toit fermé --le premier de Nouvelle-Zélande-- prévu pour 2011. Le vétuste Carisbrook Stadium de Dunedin doit également être rénové pour servir de point de chute.La sécurité dans les stades est un autre problème majeur pour les organisateurs. Des journalistes, déguisés en ouvriers de chantier, ont réussi à entrer sans encombre dans l'Eden Park pendant un match de cricket. D'autres ont réussi à introduire un sac d'explosifs dans les enceintes d'Hamilton et Chritschurch sans être inquiétés.Une autre inquiétude concerne la vente des billets. La Nouvelle-Zélande prévoit 85.000 visiteurs étrangers pendant le Mondial. 600.000 billets ont déjà été vendus en "paquets" par des tour-opérateurs. 400.000 billets à l'unité vont être mis en vente cette semaine.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.