Neige en Ile-de-France: fin de la pagaille, Fillon se défausse sur Météo France

0 21.11.2011 13:54

La circulation était revenue à la normale jeudi soir en Ile-de-France, tandis que le Premier ministre François Fillon s'est défaussé sur Météo France en l'accusant d'avoir mal anticipé les chutes de neige de mercredi qui ont paralysé la région et ulcéré des milliers de Franciliens.Après une nuit de pagaille que le gouvernement s'est efforcé de minimiser, Bison Futé a annoncé vers 21H00 une "circulation normale sur le réseau routier" d'Ile-de-France. Même la fameuse N118 a été rouverte dans les deux sens, sauf pour les poids lourds. Vingt-quatre heures après l'immense désordre sur les routes, le Premier ministre, en visite à Moscou, a accusé Météo France de n'avoir "pas prévu cet épisode neigeux, en tout cas pas son intensité", et du coup "les services chargés du déneigement ont été pris au dépourvu". Des accusations qu'une source gouvernementale a ensuite relativisées: "François Fillon y est allé un peu fort sur Météo France, sa phrase est allée au-delà de ce qu'il voulait dire". Le secrétaire d'Etat aux Transports, Thierry Mariani, lui aussi en Russie a renchéri en affirmant que "par moment la nature est plus forte".Météo France a estimé, dans un communiqué vendredi, que "la qualité" de la prévision traduit "les limites de l'état de l'art en matière de prévision quantitative des précipitations neigeuses". "Il est encore très difficile", ajoute l'organisme, "malgré les progrès constants de la science météorologique, de prévoir avec exactitude les quantités qui vont tomber et, a fortiori, leur tenue au sol, déterminante pour les transports". Dès mardi après-midi, Météo France avait diffusé une alerte orange pour l'Ile-de-France, valable jusqu'à 22H00 mercredi, prévenant que les chutes de neige pourraient atteindre "une dizaine de centimètres".Après avoir jugé "impossible" mercredi à 16H30 que des milliers de personnes puissent se retrouver bloquées par la neige et réfuté le terme de "pagaille", le ministre de l'Intérieur, Brice Hortefeux, avait nié jeudi matin avoir minimisé les difficultés. Il a demandé "une mission d'expertise" sur les méthodes d'action des pays d'Europe occidentale face aux intempéries, tandis que le secrétaire d'Etat chargé des Transports, Thierry Mariani, a annoncé une réunion vendredi pour procéder à un "retour d’expérience" sur "l'épisode neigeux". La préfecture de police de Paris (PP) déconseillait toujours "formellement" jeudi soir à "l'ensemble des usagers" de prendre la route, notamment en raison de risques de verglas dans la nuit de jeudi à vendredi.La SNCF et la RATP ont également fait état d'un retour à la normale.Même constat à Roissy et à Orly: Aéroports de Paris (ADP) a annoncé un "retour progressif à la normale" dès l'après-midi, avec toutefois "des retards d'une à deux heures en moyenne".Les transports scolaires vont rester interdits dans les Yvelines pour une durée indéterminée, en Eure-et-Loir vendredi et en Seine-et-Marne jusqu'à vendredi midi.L'Ile-de-France a vécu le pire scénario depuis la nuit du 4 au 5 janvier 2003.Le gouvernement assure que le dispositif d'hébergement déployé par les pouvoirs publics a permis d'accueillir environ 3.300 personnes.Mais la mairie de Vélizy (Yvelines) a fait état de 7.000 à 8.000 personnes hébergées en urgence dans cette seule commune. Des milliers d'autres ont dormi sur leur lieu de travail - jusqu'à 2.800 au Technocentre Renault de Guyancourt (Yvelines).De nombreux automobilistes et routiers, coincés pendant des heures mercredi et jeudi, ont dénoncé un défaut ou une insuffisance de salage, l'absence d'information et d'assistance.Les fortes chutes de neige en Ile-de-France et l'interdiction de circulation pour les poids lourds coûtent "20 millions d'euros par jour" aux entreprises de transport, a chiffré jeudi la principale fédération du secteur, la FNTR.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.