Musée Rodin: au coeur de la création du grand sculpteur Henry Moore

0 21.11.2011 09:50

Des objets naturels - pierres, coquillages, os - aux grands formats en plâtre en passant par les nombreuses maquettes intermédiaires, le musée Rodin dévoile le processus de création d'Henry Moore, un des plus grands sculpteurs du XXe siècle.Avec plus de 150 pièces et une cinquantaine de dessins venus de la Fondation Henry Moore, cette rétrospective, qui se tient jusqu'au 7 février, est la plus importante consacrée à Paris depuis plus de trente ans à ce créateur britannique mondialement connu pour ses "Reclining figures" (Figures couchées).Pour mieux faire comprendre le travail du sculpteur, les commissaires de l'exposition Hélène Pinet et Anita Feldman ont tenté de recréer l'atmosphère de son atelier. Pas de reconstitution pour autant - Moore a eu de toute façon plusieurs ateliers dans son cottage de Perry Green, entre Londres et Cambridge, où est désormais installée la fondation. Mais plutôt une "scénographie qui rappelle la manière" dont il présentait alors ses oeuvres.80 sculptures en plâtre, la plupart de petites dimensions, voisinent avec des objets, les crânes impressionnants d'un éléphant et d'un rhinocéros noir, mais aussi avec le fauteuil de l'artiste, son bâton de marche, son transistor. Le tout exposé souvent pêle-mêle sur des étagères comme dans une réserve archéologique."Il est parfois difficile de distinguer les sculptures des objets trouvés" qu'Henry Moore collecta toute sa vie, explique Anita Feldman, responsable des collections et des expositions à la fondation, soulignant que plus de 90% de son oeuvre est restée à l'état de maquette.Le sculpteur commença à utiliser massivement le plâtre à partir des années 40, d'abord pour de petites pièces modelées dans le creux de la main, puis pour des maquettes de travail intermédiaires avant de créer des maquettes en dimension réelle ou des pièces définitives.On retrouve ainsi dans leur version préparatoire des oeuvres célèbres, fondues plus tard en bronze ou réalisées en taille directe, comme "Ovale avec pointes" (1968-1969) ou "Sheep piece" (1977). Sont présentés quatre états successifs et de même dimension de "Mirror knife edge" (1976): plâtre, maquette de montage en tranches numérotées, version en polyester et bronze final. Les "Figures couchées" sont également déclinées en de multiples variantes.Travaillé avec des râpes à fromage ou à bois, scarifié, quelquefois passé au brou de noix ou portant encore les traces de poussière de bronze de la fonderie, le plâtre permet de jouer sur les textures et les matières, en contraste avec le lisse du bronze ou des matériaux synthétiques.L'une des oeuvres les plus fortes dans cette veine est "Pièce en trois directions" (1964-65), particulièrement en valeur sous la lumière zénithale de la nef du Musée Rodin, où elle prend des allures d'objet rituel.Plusieurs oeuvres renvoient à une autre obsession de Moore: le lien entre intérieur et extérieur avec des formes enchâssées ("Helmet Head n°4", 1963) ou emboîtées, tel "Sculpture en deux parties n°10: imbrication" (1968), dont les deux éléments ne sont séparés que par un millimètre de vide.L'exposition s'ouvre sur une sélection de quelque 50 dessins, un mode d'expression que ce fils de mineur a constamment pratiqué et que parcourent de multiples influences: études et transformation d'os et de coquillages, projets de sculptures fortement marquées par le surréalisme, croquis expressionnistes à la mine de plomb des Londoniens réfugiés dans le métro pendant le blitz...(Catalogue co-édité par Hazan et le Musée Rodin, 216 pages, 242 illustrations couleur)

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.