Mécontent de sa BMW, un client prend un otage au siège social

0 21.11.2011 10:35

Furieux des problèmes rencontrés par sa BMW, un jeune retraité récidiviste a brièvement pris en otage lundi une standardiste au siège français du constructeur allemand avant de se rendre sans heurt aux policiers du Raid."C'est un client lambda qui se plaint que son véhicule présente des problèmes mécaniques et que BMW est incapable de les réparer", a expliqué le substitut du procureur de Versailles, Luc-André Lenormand.L'homme n'en est pas à son premier coup de sang contre BMW puisqu'il est sous le coup d'une mise en examen à Evry (Essonne) pour violence sur un responsable d'une concession de Seine-et-Marne, selon Luc-André Lenormand.Jeune retraité habitant l'Essonne, il avait également sollicité en 2006 deux hommes de main, qui lui avaient finalement fait faux bond, afin de s'introduire au domicile d'un concessionnaire. Il avait expliqué avoir envisagé de lui soutirer 20.000 euros, de l'attacher avec sa famille, de les égorger puis de mettre le feu à la maison.En 2003 il avait déjà tenté de s'immoler par le feu devant la concession BMW où il avait acheté sa berline.Lundi, il s'était muni de munitions, de liens et de rubans adhésifs. "C'était prémédité", a déclaré le magistrat.A l'heure du déjeuner, vers 13H00, il est entré dans le hall du siège du constructeur, situé dans le parc d'activités du Pas du Lac.Il a sorti un fusil avant de tirer deux fois en l'air, puis de prendre en otage l'hôtesse d'accueil et de mettre le feu, sans causer de gros dégâts, sous le regard de quelques autres salariés. L'un d'eux a pu donner l'alerte par SMS avant de s'enfuir."On n'était même pas la moitié de l'effectif, même pas une centaine, 70-80", a expliqué Patrick Lucas, responsable de la communication produits chez BMW France, ajoutant que le personnel "s'est évacué tout seul quand on a su qu'il y avait un forcené en bas"."Les salariés qui restaient dans l'immeuble ont été évacués vers le restaurant d'entreprise. La police est intervenue rapidement", a poursuivi le directeur de la communication, Jean-Michel Juchet, "très heureux de l'issue de cet événement qui se termine comme un simple fait divers".Selon la secrétaire départementale du syndicat de police Alliance, Maryline Bereaud, le forcené, s'est en effet rendu "sans heurt ni pour (lui-même) ni pour l'otage", aux policiers d'élite du Raid, dépêchés sur place.Ce coup de sang a également mobilisé 25 pompiers, une ambulance, et un PC secours.Placé en garde à vue au commissariat de Guyancourt, il sera déféré au parquet de Versailles. "Il va être mis en examen pour incendie volontaire, menaces avec armes et séquestration", a ajouté le substitut du procureur qui a précisé qu'une expertise psychiatrique serait ordonnée.L'hôtesse d'accueil a été prise en charge par le Samu pour un soutien psychologique.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.