Match franco-américain à Venise: Sofia Coppola contre un ménage à quatre

0 21.11.2011 09:35

Match franco-américain vendredi au festival de Venise entre deux jeunes cinéastes: Sofia Coppola, 39 ans, peint dans "Somewhere" le portrait existentiel d'une star de cinéma, tandis qu'Antony Cordier, 37 ans, explore les méandres d'un ménage à quatre avec "Happy Few".Johnny Marco a tout pour être heureux: acteur à succès, les femmes sont à ses pieds et il vit dans un hôtel de luxe à Hollywood où il circule en Ferrari. Mais cette douce torpeur est bouleversée quand débarque sa fille Cleo, issue d'un mariage raté."C'est un acteur qui vit à cent à l'heure et qui change avec l'arrivée de sa fille de 11 ans", a résumé Stephen Dorff, qui incarne Johnny, au cours de la conférence de presse du film.Pour Sofia Coppola, "le personnage de Cleo représente quelque chose de réel, loin de l'univers superficiel de son père qui, quand sa fille arrive, doit changer"."Ce qui m'intéresse, ce sont ces moments de transition et d'isolement dans la vie", a expliqué la jeune femme. "Et je crois que dans un moment de transition, l'hôtel est le lieu idéal", ajoute-t-elle pour justifier son choix de concentrer l'action au célèbre Chateau Marmont.Entre vacuité et rédemption, "Somewhere" est un cheminement existentiel sur le sens de la vie: "Je suis nul, je ne suis personne", s'exclame à un moment Johnny, qui au début du film tourne en rond à bord de sa Ferrari noire.Protagoniste à part entière, le bolide rythme la narration avec les vrombissements de son moteur, comme une sorte de respiration dans la vie chaotique de Johnny.Pour illustrer certaines scènes à la Edward Hopper (le père et la fille immobiles au bord de la piscine), une bande originale choisie avec soin, comme ce tube de Gwen Stefani qui accompagne la séance de patinage de Cleo. "La musique m'aide à créer une atmosphère", confie Sofia Coppola.En course pour le Lion d'or, qui sera décerné le 11 septembre par un jury présidé par son ancien compagnon Quentin Tarantino, Sofia Coppola a été très applaudie, alors que son concurrent français, le sulfureux "Happy few", a dû essuyer quelques sifflets.Ce "film qui parle de l'amour au pluriel", selon Antony Cordier, met en scène deux couples trentenaires (Marina Foïs et Roschdy Zem d'un côté, Elodie Bouchez et Nicolas Duvauchelle de l'autre), qui se rencontrent, tombent éperdument amoureux et se lancent dans l'échangisme."C'est quelque chose qui peut arriver à n'importe qui, dans tous les milieux sociaux, c'est une histoire très banale", a déclaré à la presse Antony Cordier, qui avait obtenu un beau succès avec "Douches froides" (2005).Peu à peu, ce ménage à quatre rencontre quelques turbulences: "Ce sont des personnages qui essaient de vivre une utopie, mais ils sont comme tout le monde: il sont jaloux, ils souffrent..." observe le cinéaste. "La perversion ultime, c'est quand ils ressentent un désir conjugal, l'envie d'aller au-delà du sexe, avec leur amant"."Je pense que les questions que pose le film (sur la famille, la sexualité, le couple) sont universelles", estime Marina Foïs, dont le personnage s'interroge à un moment dans le film: "Est-il possible d'aimer deux personnes à la fois? Si oui, peut-on laisser faire ça?"Visiblement mis mal à l'aise par certaines scènes de sexe, quelques festivaliers ont choisi de répondre avec les pieds en quittant la salle.Le ciel s'est mis aussi de la partie: en fin de matinée, un véritable déluge s'est abattu sur le Lido, inondant le sous-sol d'un bâtiment du festival, mais la situation est rapidement revenue à la normale...La journée de samedi sera marquée par l'entrée en lice de "Potiche", un film de François Ozon avec un casting d'exception où figurent entre autres Catherine Deneuve et Gérard Depardieu.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.