Manifestations en tous genres contre les violences faites aux femmes

0 21.11.2011 09:36

Manifestations, pétition sur la toile, vidéo-clips, vente de jupes d'actrices de cinéma, initiatives ministérielles, ont ponctué jeudi la journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes qui, en France, font une victime tous les deux jours et demi.Dans les rues de Paris, non loin du Centre Pompidou, la Fédération nationale Solidarité femmes, qui regroupe 67 associations, a organisé une manifestation symbolisant toutes les victimes tombant sous les coups d'un homme, leur conjoint ou compagnon la plupart du temps.Des femmes en combinaison blanche se sont allongées les unes après les autres sur la chaussée, représentant chacune un fait divers de femme victime de cette violence qui a fait 140 victimes en 2009, selon les chiffres de l'Observatoire national de la délinquance.Pendant qu'une manifestante lisait brièvement les circonstances du décès, une autre traçait à la craie le contour de leur corps sur le bitume tandis qu'une troisième frappait sur un gong, comme on sonne le glas."Se taire, c'est participer, appelez le 39 19" scandaient les manifestantes, en référence au numéro de téléphone que les femmes victimes de violences peuvent appeler gratuitement, qui est financé par l'Etat et géré par la Fédération.L'association "Ni putes ni soumises" (NPNS), créée à l'origine en réponse à la violence subie par les femmes dans les quartiers défavorisés, avait choisi un angle plus gai pour défendre le droit des femmes en les incitant à se vêtir comme elles l'entendent sans s'attirer des réflexions ou des agressions.En scandant le slogan "en jupe et respectées" une poignée de jeunes femmes, vêtues de jupes rouges et coiffées de bonnets phrygiens, ont distribué des tracts dans les rames d'une ligne de métro parisien.Selon Sihem Habchi, présidente de l'organisation, la révolution féministe des années 60 reste inachevée. "Elle s'est même retournée contre les femmes car si vous arborez une jupe aujourd'hui vous avez à la fois les intégristes qui vous tombent dessus et certaines féministes qui vous disent: +attention c'est le symbole de la sexualisation du corps des femmes+", a-t-elle dit à la presse.NPNS a organisé aussi dans la soirée au palais de Tokyo à Paris une vente aux enchères d'une dizaine de jupes de femmes connues du monde du cinéma, de la mode ou de la chanson, qui ont été adjugées entre 500 et 1.500 euros.Le produit de la vente servira à louer des appartements-relais pour des femmes victimes de violences conjugales.A Lyon, "Osez le féminisme" a apposé dans le métro quelque 150 affiches de sa campagne nationale contre le viol, lancée la veille avec ses deux partenaires, le Collectif féministe contre le viol et Mix-Cité, vidéos clips et pétition en ligne à l'appui.Selon les chiffres de la campagne, 75.000 femmes sont victimes de viol chaque année en France, soit une toutes les sept minutes.Selon le syndicat CFDT, 5% des viols et 25% des faits de harcèlement sexuel sont commis sur le lieu de travail.Des personnalités politiques ont participé à la journée internationale contre la violence faites aux femmes, qui est également, depuis cette année et le vote de la loi de juillet 2010 une journée nationale en France.La ministre des Solidarités Roselyne Bachelot et la secrétaire d'Etat Marie-Anne Montchamp se sont rendues chacune dans un foyer parisien accueillant des femmes victimes de violences et leurs enfants.A Bordeaux, ville dont il est le maire, le ministre de la Défense Alain Juppé a ouvert une rencontre-débat sur le thème "comment dire non".

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.