Lola Baï : « Les choses bougent pour les musiques actuelles »

0 18.11.2011 09:14

« Le Maine Libre » : Que représente pour vous la fête de la musique ?Lola Baï : Pour moi, c’est avant tout la fête de la musique amateur plus que professionnelle. C’est une occasion donnée à tout le monde de partager sa musique. Je ne cherche jamais à donner de concerts ce jour-là. Je préfère me balader dans les rues et voir les gens jouer. J’aime bien le côté un peu « bricolé » avec des gens qui se font plaisir. Dans le Vieux-Mans, c’est très sympa et ça permet également de découvrir des lieux insolites.En Sarthe, on reproche souvent que beaucoup de choses soient faites pour les amateurs et moins pour les professionnels…C’est un fait et j’espère que ça va changer. Il y a une vraie richesse artistique en Sarthe. On a de très bons artistes, des choses vachement bien, un gros potentiel. On a eu d’excellents groupes, qui n’ont pas été portés et qui du coup, se sont essoufflés. On n’a pas eu de groupes marquants qui aient vraiment réussi de manière populaire. Et ça n’a pas suivi derrière, il n’y a pas eu d’élan. C’est ça qui nous manque en fait. Juste un artiste qui, en plus d’être bon, arrive à percer sur la scène nationale.Existe-t-il un vrai réseau au Mans pour les musiciens ?Il y a des labels, des tourneurs, mais c’est toujours le même problème, ils manquent de structures, de moyens. C’est également très localisé. Il manque encore une coordination entre tout ça.Il n’y a donc pas de vraie volonté politique concernant les musiques actuelles.Même si on ne peut pas dire qu’ils ne font rien, pour l’instant, les pouvoirs publics ne voient pas l’intérêt de mener une vraie politique d’accompagnement. Je me souviens d’une élue qui nous disait : « Voyager, voyager, ça forme la jeunesse ». Elle a raison, on doit partir, on doit faire des choses ailleurs. Mais on doit aussi avoir une base solide ici et que les gens soient fiers de leurs artistes. Mais vraiment, j’ai le sentiment que ça change. Aujourd’hui, je suis très optimiste.Quelles sont les initiatives qui font avancer les choses ?L’évolution a commencé à la création du Silo il y a cinq ans où on a vu que les musiciens avaient envie de se rencontrer et de faire des choses ensemble. Il y a le Magnéto aussi qui commence à faire changer les choses, doucement. Tout le monde est en train de s’y mettre, de donner un peu de fierté aux gens, et pas que pour la musique. L’image du Mans est en train d’évoluer et c’est une bonne chose.Les musiciens sarthois ont-ils gagné en visibilité ?Ça aussi, ça a changé grâce aux médias locaux, notamment « Le Maine Libre » et Radio Alpa qui nous suivent, nous défendent. Il y a aussi France Bleu Maine qui fait beaucoup pour les artistes sarthois, parce qu’ils ont les moyens de nous diffuser, de mettre en place des concerts, de sortir des albums. Tout ça cumulé, c’est une grande chance pour nous.Que pensez-vous de la création d’une Scène des musiques actuelles (Smac) au Mans ?Ce serait vachement bien que ça existe. Et en centre-ville du Mans si possible. Ce serait un bonheur.Qu’est-ce que ça changerait concrètement ?Pour mes formations professionnelles, je suis obligée d’aller soit à Nantes avec Trempolino, soit au Studio des variétés à Paris. Je trouve dommage qu’on ne puisse pas bénéficier de ça ici. Ça nous ferait gagner du temps. Ça prend du temps de devenir un artiste. Mais il faut des gens qui font confiance, qui savent justement que ça prend du temps et qui accompagnent sur la durée.Propos recueillis par Mathilde BELAUDDécouvrez : les groupes sarthoisRetrouvez : le programme de la fête de la musique dans nos éditions du « Maine Libre » datées de ce mardi 21 juinEcoutez : la sélection musicale de la rédaction

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.