Libye: la pression s'accentue sur Kadhafi, l'Otan va prendre les commandes

0 21.11.2011 10:08

La coalition internationale a accentué jeudi la pression sur le colonel Mouammar Kadhafi, avec de nouvelles frappes aériennes dans les environs de Tripoli, au moment où un compromis semblait se dessiner sur le rôle exact conféré à l'Otan au 6e jour6e jour de l'intervention. Le ministre turc des Affaires étrangères, Ahmet Davutoglu, a annoncé après une téléconférence avec ses homologues américain, français et britannique que l'Otan allait prendre le commandement des opérations militaires de la coalition internationale en Libye."La coalition constituée après la réunion de Paris va abandonner sa mission au plus vite et confier l'opération dans son ensemble à l'Otan avec un système de commandement unique", a déclaré M. Davutoglu, cité par l'agence de presse Anatolie."De ce fait, les demandes et les inquiétudes de la Turquie ont été entendues", a poursuivi M. Davutoglu.Selon un bilan provisoire communiqué par un porte-parole du régime libyen, Moussa Ibrahim, les raids de la coalition ont fait "environ 100 morts" parmi les civils depuis le début de l'offensive le 19 mars. Les autorités libyennes ont indiqué s'attendre à des raids sur les centres de télécommunications et de radiodiffusion dans la soirée, se basant sur des "informations de renseignement".Dans la matinée, la France avait affirmé que la coalition allait "continuer les frappes aériennes" sur des cibles militaires. "Cela va continuer le temps nécessaire", a déclaré son ministre des Affaires étrangères, Alain Juppé.Jeudi, un avion des forces libyennes a été détruit au sol, juste après son atterrissage, par un avion de chasse français à Misrata (200 km à l'est de Tripoli), a indiqué l'état-major des armées à Paris.La coalition a par ailleurs visé la région de Tajoura, à une trentaine de km à l'est de Tripoli, selon des habitants. La télévision d'Etat a confirmé que "des sites militaires et civils de cette région avaient été la cible de raids.Des témoins avaient déjà fait état d'une forte explosion mercredi soir sur une base de l'armée de terre dans le secteur, suivie d'un incendie.A Tripoli, des tirs de la défense anti-aérienne et plusieurs fortes détonations ont été entendues jeudi matin, selon un journaliste de l'AFP. Mercredi soir, des raids sur la banlieue est de Tripoli avaient "visé un quartier résidentiel", selon l'agence officielle libyenne Jana. Les autorités ont affirmé qu'ils avaient fait 33 morts.La coalition a également mené dans la nuit de mercredi à jeudi des raids aériens intensifs à Sebha (750 km au sud de Tripoli), selon des habitants. La ville, fief de la tribu des Kadhafi, abrite plusieurs sites militaires.Les combats entre pro et anti-Kadhafi se poursuivaient par ailleurs dans plusieurs villes, notamment à Misrata.Les forces loyalistes y ont tué 109 personnes et en ont blessé plus de 1.300 depuis le début de leur offensive vendredi dernier, a indiqué à l'AFP un médecin de l'hôpital de la ville. Des snipers des pro-Kadhafi tiraient dans l'après-midi des toits des immeubles et des tirs d'artillerie retentissaient, a raconté un porte-parole des rebelles.La coalition avait mené mercredi des frappes contre les troupes de Kadhafi au sol notamment à Misrata, troisième ville du pays.Près d'Ajdabiya, à 160 km au sud de Benghazi, le fief des rebelles dans l'Est, un grand nombre d'insurgés avançaient rapidement pour reprendre le contrôle de cette ville clé, selon un journaliste de l'AFP. Des combats se déroulaient à l'intérieur de la ville entre pro-Kadhafi et rebelles.Selon un porte-parole des insurgés à Benghazi, Ahmed Omar Bani, certains des pro-Kadhafi à Ajdabiya sont "prêts à se rendre" et les insurgés communiquent avec eux par l'intermédiaire de chefs religieux dans des mosquées.Pendant ce temps, l'Otan poursuivait ses tractations pour tenter de finaliser son rôle dans l'opération. L'Otan est pour le moment chargé de surveiller l'embargo sur les armes à destination de la Libye.Le ministre britannique des Affaires étrangères William Hague a estimé que l'Otan devait diriger "aussi vite que possible" les opérations de la coalition qui ont commencé le 19 mars, sous mandat de l'ONU. Le Premier ministre néerlandais, Mark Rutte, a averti que son pays ne participerait à une zone d'exclusion aérienne que si l'Otan en prenait le commandement.Le Parlement turc a approuvé de son côté le principe d'une participation aux opérations, dans le cadre de l'Otan, ont affirmé des sources parlementaires.La France, à l'origine avec la Grande-Bretagne des frappes en Libye, est d'accord pour que l'Alliance prenne le commandement des opérations militaires, mais pas du pilotage "politique".Paris redoute, à défaut, de s'aliéner les pays arabes: la France a donc obtenu que le pilotage politique soit confié à un "groupe de contact" des pays participant à l'intervention en Libye, avec la Ligue arabe et l'Union africaine. Une première réunion de ce forum est prévue mardi à Londres.Toutefois, selon un diplomate allié, il n'est pas exclu au final que les pays de l'Otan y soient représentés d'un manière ou d'une autre.Les dirigeants européens ont entamé dans l'après-midi un sommet de deux jours à Bruxelles pour surmonter leurs différends. Un compromis en discussion permettrait aux pays opposés aux frappes, comme la Turquie, de ne pas participer aux opérations de bombardement, selon des sources diplomatiques.La Maison Blanche estime que les questions de commandement et de contrôle seront réglées "très bientôt", a déclaré son porte-parole Jay Carney.Washington veut se désengager le plus vite possible de la conduite des opérations menée aux côtés principalement de la France et de la Grande-Bretagne, pour passer le relais à l'Otan, selon un diplomate.Le colonel Kadhafi, au pouvoir depuis 42 ans, fait face depuis le 15 février à une révolte qui a fait des centaines de morts et poussé plus de 300.000 personnes à fuir.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.