Libye: Kadhafi perd le contrôle de l'Est, mais est décidé à mater la révolte

0 21.11.2011 09:53

Le dirigeant libyen Mouammar Kadhafi semblait mercredi avoir perdu de vastes, régions riches en pétrole de l'Est du pays, mais restait décidé à mater l'insurrection qui a fait des centaines de morts, l'Occident organisant une riposte et se préparant à un vaste exode. Pour la première fois depuis le début, le 15 février, de cette révolte sans précédent condamnée à travers le monde, le président américain, Barack Obama, s'est publiquement exprimé. Il a jugé "scandaleux" le bain de sang en cours en Libye, et affirmé que les responsables des exactions devraient être "tenus pour responsables" de leurs actes.Il a annoncé que la secrétaire d'Etat Hillary Clinton serait lundi à Genève pour participer à une réunion du Conseil des droits de l'homme de l'ONU consacrée à la Libye.De son côté le secrétaire général de l'ONU Ban Ki-moon a fait part de sa "très profonde inquiétude" et a demandé une action internationale: "Il est impératif que la communauté internationale maintienne son unité et agisse de concert pour assurer une transition rapide et pacifique", a-t-il insisté.Après des jours d'hésitation, les Etats-Unis et l'Union européenne ont annoncé envisager des sanctions contre le pouvoir chancelant de M. Kadhafi, de plus en plus isolé après avoir été lâché par ses pairs arabes et plusieurs proches et diplomates.La Commission européenne s'est dite préoccupée par le risque de catastrophe humanitaire et évaluait les besoins en cas d'exode de la population, au moment où l'évacuation de dizaines de milliers d'étrangers continuait par air et par mer, dans des conditions difficiles.La Libye détenant les plus importantes réserves de pétrole en Afrique, le pétrole poursuivait son envolée sur les marchés, atteignant des prix record depuis plus de deux ans, de crainte d'un effet domino sur d'autres exportateurs du continent noir ou du Moyen-Orient.Plusieurs groupes pétroliers comme le Français Total, l'Italien ENI et l'Espagnol Repsol ont suspendu leurs activités dans le pays et rapatriaient leurs employés.Sourd aux véhémentes protestations internationales, Mouammar Kadhafi, le plus ancien dirigeant du monde arabe, au pouvoir depuis plus de 40 ans, a appelé la police, l'armée et ses partisans à réprimer les protestataires, avertissant de possibles "boucheries" et menaçant de "purger (le pays) maison par maison"."Capturez les rats!", a-t-il dit en parlant de ses opposants dans un discours télévisé belliqueux mardi soir.Depuis le début de la révolte le 15 février, 300 personnes ont été tuées, selon un bilan officiel, la plupart à Benghazi, deuxième ville du pays située à 1.000 km à l'est de Tripoli et foyer de l'insurrection.La Fédération internationale des ligues des droits de l'homme (FIDH) a parlé d'au moins 640 morts, dont 275 à Tripoli et 230 à Benghazi. Et un médecin français tout juste rentré de Benghazi, Gérard Buffet, a évoqué "plus de 2.000 morts" uniquement dans cette ville.Les opposants semblaient contrôler cette région orientale, de la frontière égyptienne jusqu'à la localité d'Ajdabiya plus à l'ouest, en passant par Tobrouk, Derna et Benghazi, selon des journalistes et des habitants.Des journalistes ont vu des insurgés, en majorité armés, sur la route longeant la Méditerranée jusqu'à Derna où des habitants ont affirmé que des soldats s'étaient ralliés à l'insurrection et démenti des déclarations officielles sur l'instauration d'un émirat islamique.A l'extérieur de Derna, des jeunes hommes barbus transportaient des mitrailleuses dans des pick-up. A proximité, une centaine de personnes réunies à l'extérieur d'une mosquée scandaient: "Kadhafi, tu as fait ton temps".Sur la route côtière, les gens faisaient le signe de la victoire. Des insurgés brandissaient le drapeau de la monarchie libyenne du roi Idriss, renversée par M. Kadhafi en 1969, qui s'est imposé comme un symbole de la révolte.Cependant à Musratha, la troisième ville de Libye, située à 200 km à l'est de Tripoli, des forces de sécurité loyales au régime ont attaqué des manifestants, faisant des morts, ont annoncé des témoins. "Ils ont été attaqués avec des mitrailleuses et des roquettes RPG", selon un des témoins.A Tripoli, malgré l'appel de Kadhafi, seules des dizaines de ses partisans ont défilé sous les yeux de quelques policiers et hommes en civil armés de kalachnikovs. La plupart des commerces sont restés fermés mais de longues files d'attente se sont formées devant les boulangeries et les stations-service, alors que l'activité économique et bancaire était paralysée.A l'aéroport, la situation était "chaotique", des passagers se battant pour monter dans les avions, selon le commandant d'un avion maltais, Philip Apap Bologna, de retour de la capitale libyenne.Le Croissant-Rouge tunisien a mis en garde contre un "risque catastrophique" d'exode massif, alors que le ministre italien des Affaires étrangères, Franco Frattini a dit craindre un "exode biblique" de migrants.L'ONU a affirmé que des milliers de Libyens se dirigeaient vers les frontières avec l'Egypte et la Tunisie pour tenter de fuir les violences.Face aux violences, les Etats-Unis ont dit envisager "toute une gamme d'options", dont des "sanctions". Les pays de l'UE ont chargé leurs experts d'examiner des gels d'avoirs, des interdictions de visa et d'éventuelles poursuites contre des dirigeants libyens.Et l'Union africaine a finalement réagi, condamnant l'"usage disproportionné de la force contre les civils" et appelant au dialogue.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.