Les dates clés de l’affaire Leprince

0 21.11.2011 09:39

5 septembre 1994Les corps de Christian Leprince, celui de sa femme Brigitte et ceux de deux de ses deux filles, âgées de 10 et 6 ans, sont découverts mutilés à leur domicile de Thorigné sur Dué (Sarthe). Solène, 2 ans, a été épargnée au cours du massacre. Les corps des victimes sont affreusement mutilés. On parle d’une « feuille de boucher ». Une reconnaissance de dettes de 10 000 F de l’époque est retrouvée. Somme que Dany Leprince, employé des abattoirs de la SOCOPA, doit à son frère. Dany habite juste derrière la maison de son frère, avec sa femme Martine et leurs trois enfants.Il est mis en examen pour les quatre meurtres sur le témoignage tardif de sa femme, affirmant que leur fille Célia a vu son père tuer Christian. Dany a avoué le meurtre de son frère, en quelques mots, deux heures avant la fin de la garde à vue. Il reviendra plus tard sur toutes ses déclarations.16 décembre 1997Dany Leprince est condamné par la cour d’assises de la Sarthe à la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une période de sûreté de 22 ans. Au cours du procès, il clame son innocence. Le procès s’ouvre le lundi 8 décembre 1997 devant la cour d’assises de la Sarthe où les débats sont conduits par le président Chauvel. Dany Leprince explique qu’il a tout raconté sous la pression au moment de la garde à vue, que sa fille Célia protège « sa mère qui connaît la vérité » et doit avoir « un complice ».L’attitude de Martine, qui pour la défense s’apparente à une comédie grotesque, fera sortir l’accusé de ses gonds. Le 16 décembre, la condamnation de Dany Leprince à la réclusion criminelle à perpétuité est prononcée après une retentissante plaidoirie de Jean-Louis Pelletier, qui a essayé de semer le doute dans l’esprit des jurés. Et des doutes, il y en a.Printemps 2005Roland Agret, leader de l’association Action Justice, condamné en 1973 à quinze ans de réclusion pour un crime qu’il n’avait pas commis - il a été réhabilité en 1984 - exploite les zones d’ombres qui ont parsemé l’affaire, « une enquête précipitée » et « une instruction partisane ». En octobre, un rapport visant un recours en grâce est remis au directeur des affaires criminelles et des grâces au ministère de la Justice.Avril 2006La commission de révision des condamnations pénales ordonne un complément d’information au vu des conclusions de deux avocats, qui ont entendu de nouveaux témoins. L’enquête est confiée aux gendarmes du Mans.Juin 2007Le 15 juin 2007, la mère de Dany, Renée Leprince, qui a toujours été convaincue de l’innocence de son fils, met fin à ses jours à Thorigné-sur-Dué.Mars 2008Une lettre envoyée au juge par un policier rapportant des propos tenus par un oncle de Martine, qui entre-temps a divorcé de Dany, vient relancer l’enquête. Le policier raconte que c’est Martine Leprince qui a commis les meurtres.Juillet 2010Le 1er juillet 2010, la commission de révision de la Cour de cassation saisit la Cour de révision, ce qui rend possible l'annulation de sa condamnation. La peine de Dany Leprince est alors suspendue.Le 8 juillet, Dany Leprince, 53 ans, est libéré de la maison centrale de Poissy (Yvelines). 6 avril 2011La Cour de cassation refuse d'annuler la condamnation à perpétuité du Sarthois. Dany Leprince retourne en prison.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.