Les chaînes de plus en plus prudentes avec les couples journaliste-politique

0 21.11.2011 10:03

Privée d'émission politique par i-TELE très en amont de la campagne présidentielle, Audrey Pulvar, compagne du député Arnaud Montebourg (PS), fait les frais d'une "jurisprudence" qui pousse les chaînes à écarter par précaution les journalistes compagnes d'hommes politiques.Samedi, Arnaud Montebourg a lancé sa candidature aux primaires socialistes pour la présidentielle de 2012. Deux jours plus tard seulement, la quotidienne d'Audrey Pulvar sur la chaîne d'informations de Canal+ a été suspendue "après discussion" avec la principale intéressée.Aujourd'hui les couples femme journaliste-homme politique - pour l'instant, l'inverse n'a jamais été vu -, s'affichent ouvertement. Et dès lors qu'il y a une campagne électorale majeure ou qu'un gouvernement se forme, la suspension des intéressées tend de plus en plus à devenir la règle. Et ce, quels que soient le prestige ou l'audience des programmes concernés.En 1997, Anne Sinclair fut la première à donner l'exemple, quittant 7 sur 7, alors émission politique phare, au moment de la nomination de Dominique Strauss-Kahn au ministère des Finances. La journaliste vedette de TF1 était alors partie de son propre chef.En février 2007, France 2 avait décidé d'écarter temporairement Béatrice Schönberg de la présentation des journaux de 20h00. Son mari Jean-Louis Borloo, alors ministre de la Cohésion sociale, était en campagne pour Nicolas Sarkozy.Une mesure temporaire quasiment devenue définitive lorsque Jean-Louis Borloo est de nouveau au gouvernement comme ministre de l'Ecologie en mai 2007."Béatrice Schönberg n'a jamais commis la moindre faute, elle n'était pas suspecte, et puis d'un seul coup sa vie privée change, son mari change de statut et au fil des mois s'installe une espèce de surveillance et de suspicion, c'est très inconfortable", avait justifié Arlette Chabot, directrice de l'information de France 2.La candidature d'Arnaud Montebourg "pouvait être de nature à jeter une forme de suspicion, à entacher sa crédibilité ainsi que celle de la chaîne, a expliqué en écho lundi à l'AFP Albert Ripamonti, directeur de la rédaction d'i-TELE. Bien entendu, cela ne remet nullement en cause l'impartialité et l'honnêteté d'Audrey Pulvar".Présentatrice de Soir 3 et à l'époque compagne de François Baroin (UMP), Marie Drucker avait également été suspendue pendant la campagne présidentielle de 2007. Mais elle avait ensuite retrouvé la conduite du JT de France 3, M. Baroin ne faisant pas partie du gouvernement. Il sont depuis séparés.La jurisprudence peut cependant être "aménagée". Christine Ockrent avait elle aussi abandonné son émission politique "France Europe Express" (France 3) lorsque Bernard Kouchner fut nommé ministre des Affaires Etrangères en 2007. Mais quelques mois plus tard, elle prit la direction générale de France 24. La chaîne d'infos dépendant directement du Quai d'Orsay, sa nomination entraîna de vives polémiques.La suspension ne constitue cependant pas encore une règle absolue. Ainsi la compagne de François Hollande (PS), Valérie Trierweiler, journaliste politique sur Direct 8, ne devrait pas faire les frais de sa relation."Pourquoi devrions-nous nous passer de l'expertise d'une excellente professionnelle (...)? Ce serait une faute et une erreur vis-à-vis de nos téléspectateurs", avait assuré en octobre le patron de la chaîne de la TNT Yannick Bolloré.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.