LeMans FC : Dieye fait sauter le verrou istréen

0 21.11.2011 09:20

Arnaud Cormier et ses hommes s’attendaient à accueillir une formation adverse regroupée sur ses bases, fermant le jeu au maximum. Ils imaginaient peut-être moins se heurter à un ensemble istréen aussi bien organisé. Plus gênant encore, Istres s’y prenait bien pour sortir de leur position reculée et contre-attaquer. Le dernier revers des Provençaux à domicile face au Havre (0-2) et leur déroute lors de leur précédent déplacement à Sedan (5-1) ne plaidaient pourtant pas en faveur des relégables istréens. Toujours est-il que le bloc provençal ne fissurait pas au cours du premier acte. Ou très peu, juste de quoi permettre à un Helstad de solliciter une première fois Petric avant le quart d’heure de jeu. Cissé, superbement lancé par Lamah, était ensuite trahi par ses appuis dans la surface aux devants du portier istréen (37’). Les joueurs de José Pasqualetti se montraient finalement les plus dangereux, en contres. À l’image de ce tir excentré de Flegeau obligeant Ovono à s’étendre de tout son long (36’). Tandis que Nouri, de loin le visiteur le plus incisif, inquiétait Ovono juste avant la pause sur un coup franc vicieux.La très bonne opérationLes Sang et Or manquaient visiblement de jus pour ce 3e match de la semaine, le carburant indispensable pour venir à bout d’un adversaire appliqué et n’étant pas dans l’obligation de faire le jeu. Il était temps pour le patron du banc manceau d’apporter du sang neuf. D’autant que les Violets - qui évoluaient en blanc hier soir - confisquaient de plus en plus le cuir en cette 2e période. Ciaravino faisait même trembler Ovono à longue portée (56’). Obligé de tenter un coup pour soulager son escouade un brin éreintée, Arnaud Cormier choisissait donc de lancer juste avant l’heure de jeu, son duo salvateur à Nîmes : El Bahri-Dieye. Les deux entrants apportaient d’emblée le tonus espéré et le Marocain était le premier à sonner la charge d’un missile décoché aux 20 m dévié du bout du gant par le dernier rempart provençal (65’). La libération allait venir 12 minutes plus tard par le biais de son complice. Dieye récupérait dans les pieds de Coulibaly à l’entrée de la surface avant d’ajuster Petric d’un tir rasant (77’). Le verrou istréen avait enfin cédé, et pour de bon, grâce à ce diable de Dieye gagnant un peu plus ses galons de joker de luxe.À l’arrivée, 3 points obtenus dans la douleur mais synonyme de première place… certes provisoire avant la clôture de cette 12e journée lundi. Un bond de la 5e à la pole position permis par l’égalisation clermontoise à Troyes (1-1) et le faux pas de Tours à Ajaccio (2-0). Assez incroyable si on s’en réfère à la situation des Sarthois encore 9e au début du mois. De la 5e à la pole position… provisoireAlexis BABINVoir la galerie photo du match

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.