Le Vieux-Bourg d'Allonnes, « c’est un village dans la grande ville »

0 21.11.2011 10:31

Jusqu’au 23 avril, retrouvez dans « Le Maine Libre » celles et ceux qui font vivre Allonnes. Patron du bar tabac presse sur la place de l’église, Jean-Roland Champroux fait partie de ces nouveaux commerçants qui renouvellent le Vieux-Bourg. Et conservent « son esprit village » qui le distingue.Ce vendredi matin, les clients défilent au P’tit café. Le patron les salue par leur prénom. « Ici, tout le monde se connaît. » Ici, c’est le Vieux-Bourg, son église, sa place, sa rue qui la longe avec ses commerçants. « Depuis un siècle, ça n’a pas bougé » constate Jean-Roland Champroux, photos d’archives à l’appui.Depuis le 1er juin 2006, ce natif du Mans a pris possession avec son épouse de l’ancien « JFB », café tabac-presse qu’il a réaménagé. Une nouvelle direction pour le couple : « J’étais chef de secteur » pour une grande marque de café, « mon épouse avait un salon d’esthétique ». « On voulait travailler ensemble : la solution, c’était d’avoir un bar-tabac » résume-t-il. En Sarthe, forcément. « Nous avions acheté une maison depuis dix ans à Parigné-le-Pôlin. »Le travail a vite imposé son rythme soutenu, « de 6 h 30 à 21 heures ». Alors leur vie, ils la passent surtout… à Allonnes. « Au départ, nous faisions nos courses ailleurs, pour sortir du quotidien. Mais, plus maintenant. Les clients, les habitués du Vieux-Bourg, c’est comme une grande famille » estime ce père de bientôt trois enfants.La population « mélangée » et « accueillante par nature », aime à conserver ses racines. « Ici, c’est rare qu’un Allonnais déménage. » Le commerçant le constate à travers sa clientèle : « Un père vient chercher son journal le matin, son fils arrive plus tard acheter ses cigarettes, et puis c’est au tour du grand-père. Et sans le savoir, trois générations défilent ici ».« Le Vieux-Bourg, c’est un village dans la grande ville. Moi, je ne vais jamais de l’autre côté (de l’avenue de Gaulle, NDLR). On a l’impression qu’ici, c’est une autre ville. » Côté professionnel, « on s’entend bien entre commerçants ». Particularité, quasiment tous sont arrivés dans les mêmes périodes, comme par entente tacite. Et ces semaines-ci, « les deux boulangeries vont changer » de gérants quasiment en même temps.Jean-Roland y pense, aussi. A 35 ans, « je vais encore faire deux ans ». Sa passion pour le café - qu’il torréfie lui-même - risque de lui donner envie de s’y consacrer pleinement. Le renouvellement se poursuivra.Ronan LE MONNIERA voir aussi, l'exposition de photos en mairie jusqu’au 27 avril.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.