Le Vieux-Bourg d'Allonnes, « c’est un village dans la grande ville »

0 21.11.2011 10:31

Jusqu’au 23 avril, retrouvez dans « Le Maine Libre » celles et ceux qui font vivre Allonnes. Patron du bar tabac presse sur la place de l’église, Jean-Roland Champroux fait partie de ces nouveaux commerçants qui renouvellent le Vieux-Bourg. Et conservent « son esprit village » qui le distingue.Ce vendredi matin, les clients défilent au P’tit café. Le patron les salue par leur prénom. « Ici, tout le monde se connaît. » Ici, c’est le Vieux-Bourg, son église, sa place, sa rue qui la longe avec ses commerçants. « Depuis un siècle, ça n’a pas bougé » constate Jean-Roland Champroux, photos d’archives à l’appui.Depuis le 1er juin 2006, ce natif du Mans a pris possession avec son épouse de l’ancien « JFB », café tabac-presse qu’il a réaménagé. Une nouvelle direction pour le couple : « J’étais chef de secteur » pour une grande marque de café, « mon épouse avait un salon d’esthétique ». « On voulait travailler ensemble : la solution, c’était d’avoir un bar-tabac » résume-t-il. En Sarthe, forcément. « Nous avions acheté une maison depuis dix ans à Parigné-le-Pôlin. »Le travail a vite imposé son rythme soutenu, « de 6 h 30 à 21 heures ». Alors leur vie, ils la passent surtout… à Allonnes. « Au départ, nous faisions nos courses ailleurs, pour sortir du quotidien. Mais, plus maintenant. Les clients, les habitués du Vieux-Bourg, c’est comme une grande famille » estime ce père de bientôt trois enfants.La population « mélangée » et « accueillante par nature », aime à conserver ses racines. « Ici, c’est rare qu’un Allonnais déménage. » Le commerçant le constate à travers sa clientèle : « Un père vient chercher son journal le matin, son fils arrive plus tard acheter ses cigarettes, et puis c’est au tour du grand-père. Et sans le savoir, trois générations défilent ici ».« Le Vieux-Bourg, c’est un village dans la grande ville. Moi, je ne vais jamais de l’autre côté (de l’avenue de Gaulle, NDLR). On a l’impression qu’ici, c’est une autre ville. » Côté professionnel, « on s’entend bien entre commerçants ». Particularité, quasiment tous sont arrivés dans les mêmes périodes, comme par entente tacite. Et ces semaines-ci, « les deux boulangeries vont changer » de gérants quasiment en même temps.Jean-Roland y pense, aussi. A 35 ans, « je vais encore faire deux ans ». Sa passion pour le café - qu’il torréfie lui-même - risque de lui donner envie de s’y consacrer pleinement. Le renouvellement se poursuivra.Ronan LE MONNIERA voir aussi, l'exposition de photos en mairie jusqu’au 27 avril.

Abonnement

Retrouvez toutes nos offres
à partir de 1€ par mois

Je m'abonne

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.