[Le Tour des Sarthois] Joël Hauvieux d’attaque à Brette

0 21.11.2011 10:31

Le vélo, une passion débordante dans la famille Hauvieux tout le monde en selle. ; Claude l’aîné (175 victoires amateurs) n’est jamais passé pro. Mais il avait la science de l’exactitude au guidon comme dans son métier d’horloger et négociant parcourant le monde. Joël (135 succès amateurs) a goûté au professionnalisme durant quatre ans.Et Gustave le père fut le maître d’œuvre des six critériums pros brettois avec les plus grands au palmarès (Anquetil, Poulidor, Ocana, Karstens, Thévenet et Van impe). « On est tous vacciné avec un rayon de vélo ». A 88 ans, on croise encore régulièrement le « patriarche » sur les courses minimes-cadets.Virtuel maillot jaune dans la 1re étape en 1976Un des moments privilégiés de la carrière de Joël Hauvieux, ce Tour de France 75, passant dans la Sarthe et, de plus, devant la maison. Combatif dans l’âme, engagé dans l’équipe Jobo renfermant aussi Roger Legeay et André Corbeau, le Brettois ne se privait pas de tenter le jackpot. « Ça m’a fait tout drôle quand j’ai vu tout le monde au bord de la route. Même si j’avais un peu la tête dans le guidon. J’étais en plein effort ». L’important était de se montrer.Sa plus belle échappée serait pour l’édition suivante (dans la foulée d’une 4e place au championnat de France remporté par Guy Sibille) avec Lejeune, Van Impe et Schuiten. Entre Saint-Jean-de-Monts et Angers (la 1re), il s’offrait un vrai raid. « J’ai même été virtuel maillot jaune durant une cinquantaine de kilomètres. Mais il ne fallait pas rêver ». Là aussi, l’essentiel était de voir le but et Paris était encore bien loin.« Sur les Champs-Elysées les poils hérissés »Comme l’année précédente, où cet épilogue épousait un caractère bien particulier. « Le Tour arrivait, pour la première fois, sur les Champs-Elysées. Et quand ils me sont apparus, j’ai vraiment senti les poils se hérisser. D’autant que le contrat était rempli, j’avais bouclé la boucle ». 73e en 1975 (24e sur les Champs), 80e en 1976 (14e à Lacanau).Sa quatrième année pro serait moins favorable. Une lourde chute dans Paris-Bourges le privait d’un troisième Tour. Ce coup d’arrêt (traumatisme crânien) lui dictait de tout stopper. Joël préférait ouvrir le livre « post-cyclisme ». Une reconversion très réussie.Reconversion à 28 ansImprimerie au Mans, à Auchan et maintenant pressing au Centre Sud, un peu d’immobilier aussi. « J’avais vraiment envie de faire autre chose. Je me suis souvent dit que j’avais peut-être trop couru en amateurs ; mais j’étais dans un bon club (le VC Lucé près de Chartres) avec un super-président (Jacques Perrot) tout nous souriait avec mon frère. Et la première saison pro, je n’ai pas gagné plus d’argent… ». A 28 ans, il changeait de vie.Le vélo ne serait plus qu’un objet de loisir… Parfois un peu piégeur (Joël a récemment « bûché » : fracture de la clavicule et trois côtes lors d’une sortie entre copains). L’attaque de Brette marquera à jamais son histoire cycliste.Christian LOUISHauvieux DigestHauvieux Joël. 62 ans. Né le 20 janvier 1949.Pro. - 1974 Magiglace - Juaneda. 1975 Jobo - Wolber. 1976 Lejeune - BP. 1977 Lejeune - BP. 1978 Lejeune - BP.Tour de France. - 1975 : 73e 1976 : 70e.1 victoire pro : 3e étape Tour de l’Aude 1976.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.