Le MSB défie Roanne dans l’enfer de Vacheresse

0 21.11.2011 10:05

La stat parle d’elle-même. En 23 matches cette saison à domicile, Pro A et Coupe d’Europe confondues, Roanne n’en a perdu qu’une seule, contre Paris-Levallois, le 2 janvier dernier (84-71). C’est peu dire que défier la Chorale dans la Halle Vacheresse reste l’un des exercices les plus délicats de la saison. Hormis la saison passée (4 défaites), depuis que le club de la Loire a atteint les sommets du championnat en 2007, le bilan reste identique chaque année avec une unique défaite.Cela situe donc la tâche du MSB ce soir pour boucler sa série en deux manches. Toutefois, le coach sarthois, JD Jackson, veut rester positif. « On n’y va pas en victime. Je sais qu’ils sont sur une très belle série à domicile mais nous, il y a deux mois, on était encore invaincu depuis plus d’un an à Antarès et ça ne nous a pas empêchés d’être fébriles et de perdre (NDLR : contre Paris-Levallois également) ».« Un régal de jouer ici »Le bilan du Mans à Roanne n’est d’ailleurs pas si mauvais (9 matches depuis la saison 2002-2003 pour 4 victoires et 5 défaites) mais toutefois en trompe l’œil, la quasi-totalité des victoires ayant été obtenues à une époque où la Chorale était encore loin des sommets de la Pro A. En 2007-2008 malgré tout, le MSB aura été la seule équipe à s’imposer dans la Loire lors de la saison régulière.Comme à son habitude, Jean-Denys Choulet lui, n’y va pas par quatre chemins pour évoquer l’ambiance qui règne à la Halle Vacheresse. « On a un public exceptionnel. On peut me dire ce qu’on veut, c’est le meilleur de France. Pour moi, il n’y a pas photo. Ça pousse tout le temps, tout le long du match, c’est un régal de jouer ici. » Un régal pour la Chorale, un enfer souvent pour ses adversaires. « Ce n’est pas une grande salle, continue JD Jackson. Mais les 3 000 personnes sont très proches du parquet, ça fait comme un chaudron. Et c’est tout sauf accueillant pour l’équipe qui y vient… ».Au-delà de la passion basket qui anime la ville, le style de jeu mis en place par le coach local est aussi pour beaucoup dans la « chaleur » de la salle. Jeu très porté vers l’attaque, une tradition de shooteurs fous, beaucoup d’initiatives, tous les ingrédients pour basculer rapidement dans l’euphorie, aussi bien sur le terrain que dans les tribunes. Le MSB sait à quoi s’en tenir…Raphaël CAILLAUD

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.