Le Mans Sud-Est : mieux équipé, mais moins peuplé

0 17.11.2011 17:56

Depuis les élections cantonales de 2004, voici un canton qui a connu de grands changements structurels. En quelques années, le canton Le Mans Sud-Est (composé de la commune de Ruaudin et de gros quartiers populaires du Mans : Vauguyon, Les Sources, Ronceray, Glonnières, Cité-des-Pins, Pontlieue) a en effet atteint un taux d’équipement très positif. Aux trois gros cœurs de vie associative et sociale que sont le centre social des quartiers Sud, la MJC Ronceray et la MPT Jean-Moulin, se sont rajoutés le pôle associatif Coluche, le pôle des services publics, et l’an dernier la médiathèque des quartiers Sud.Une zone très vivanteL’arrivée du tramway en 2007 a également été un tournant pour les quartiers Sud.En matière d’équipements, c’est la liaison entre Ruaudin et Le Mans qui s’est aussi transformée. La création de Family Village a répondu à une vraie attente et contrebalancé un peu le poids de la zone Nord. La création récente du stade MMArena, et celle de l’anneau cycliste ont renforcé le pôle d’excellence sportive composé également par Antarès, l’hippodrome et le circuit des 24 Heures. Le canton Le Mans Sud-Est concentre le sport de haut niveau. Economiquement, le canton est bien vivant également, avec la zone du Panorama, le Technoparc et la Zac des Hunaudières et ses grandes surfaces.Moins d’habitants et plus de chômagePour autant, toute cette vivacité ne profite pas pleinement aux habitants des quartiers Sud. Le taux de chômage et la précarité sont en effet très importants, dans ce secteur où la proportion de jeunes est plus imposante qu’ailleurs. Et alors que la population croît sur la commune de Ruaudin avec environ 1 000 âmes de plus en l’espace de 20 ans, l’ensemble du canton lui se dépeuple à petit feu : 1 000 citoyens de moins en 10 ans. La faute notamment à la destruction importante de logements sociaux.Ce fléchissement de la population n’est pas sans conséquences sur le commerce de proximité, ni sur les structures scolaires. Il avait d’ailleurs été envisagé un temps de fermer un collège, avant que le conseil général ne prenne, devant les vives protestations des quartiers, l’engagement de geler toute décision sur les cinq années à venir. Sans doute une bonne initiative, car le canton pourrait retrouver des couleurs. Les démolitions engagées dans le cadre de l’Anru arrivent à leur fin. Les constructions vont désormais prendre le pas. Plus d’équipements aujourd’hui, et plus de population à l’avenir… Le canton Le Mans Sud-Est devra prendre garde à penser au fur et à mesure aux infrastructures routières qui lui seront nécessaires. Gare à l’engorgement déjà ressenti pour les grands événements sportifs, qui ne feront que s’accroître avec les nouveaux équipements commerciaux.Jean-François BARONAnalyse. Christophe Counil favori ?En 2004, seuls deux candidats avaient été élus dès le 1er tour des élections cantonales en Sarthe : Marietta Karamanli (PS) et Roland du Luart (UMP). Sur le canton Le Mans sud-est, Christophe Counil (PS) qui était déjà le conseiller général sortant était passé tout proche, glanant plus de 48% des voix. Autant dire que la tache sera ardue cette année encore pour ses adversaires, d’autant que ce professeur est bien installé, étant élu à la ville et à Le Mans métropole.Alors quels scénarios pourraient contredire cette victoire qui semble jouée d’avance ? L’abstention en premier lieu. Et c’est d’ailleurs la chose que craint le plus Christophe Counil. A croire l’élection acquise, les partisans du conseiller général sortant pourraient manquer de se mobiliser le 20 mars.L’autre danger pour le candidat socialiste serait un vote de colère des habitants des quartiers sud. Pas forcément contre lui, mais contre la situation de crise, et la politique nationale. Le taux de chômage et les difficultés sociales sont tels dans ces quartiers que les partis extrêmes pourraient bénéficier de ce contexte. Le Front national dépasse notamment à chaque fois les 10% sur ce canton, et vu la tendance actuelle des sondages pour la présidentielle de 2012, on est en droit de s’attendre à une surprise à ce niveau là.Le Front de gauche bénéficie également d’une image favorable actuellement. Candidate pour la première fois aux cantonales, Catherine Brulé-Delahaye (Parti communiste) se présente sur un canton qui a été autrefois très favorable à la gauche radicale et progressiste. Rappelons-nous qu’il s’agissait autrefois du fief de Robert Jarry, l’ancien maire du Mans.En 1998, c’est-à-dire il n’y a pas si longtemps que ça, le MGP et le PC avaient tout de même cumulés près de 35% des voix, sans pouvoir empêcher certes la victoire finale du jeune socialiste Christophe Counil.Quant à Alain Pigeau, le candidat UMP, il semble difficile de le voir faire un meilleur score qu’Anne Beauchef en 2004, étant donné le contexte. Il reste cependant celui qui a le plus de chances d’affronter Christophe Counil au 2nd tour.

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.