Le Mans : les clés pour remonter

0 21.11.2011 09:59

LeMans FC est-il capable de rejoindre l’élite après une saison de purgatoire ? Rien ne sera évident. A condition que les acteurs soient humbles et qu’ils se calquent sur les exigences de la L2.Une remontée directe. Ce n’est pas facile. Sur ces dernières saisons, seules Nantes (2008), Lens (2009) Caen (2010) ont réussi ce passage par la case départ.La bonne stratégieC’est la course en tête. Ou du moins rester constamment à portée de fusil des leaders. Les Caennais ont éprouvé du mal à repartir l’été dernier. Ils ont gagné aux forceps leurs deux premiers matches (1-0 contre Nantes et 2-1 à Bastia). C’était parti. Il conviendra donc d’établir un premier bilan à la fin août. Sachant que certains éléments risquent ou auront quitté la Sarthe.L’exemple de 2005Les Manceaux comptent sept longueurs de retard sur le trio des clubs promis à l’élite. Frédéric Hantz est arrivé aux manettes au début de la phase retour. Il a fait le vide (exit Eggen, D’Amico Molefe et autres). L’importance de travailler avec un groupe resserré. Du coup, les Manceaux ont aligné six victoires de suite et ils se sont relancés vers l’accession conquise en mai.Gérer les départsL’an passé, le transfert de Mathieu Coutadeur avait été terrible dans ses conséquences néfastes car pas remplacé à juste équivalence par le Sochalien (passé par Guingamp) Badara Séné, qui n’était en rien la bonne pioche pour compenser son influence. Il est essentiel de ramener les remplaçants adéquats si jamais des joueurs majeurs (style Cerdan en défense centrale ou Helstad en attaque) étaient en partance.L’absence de vécuLeMans FC n’a pas su ou ne s’est pas donné les moyens de recruter des garçons issus de la L2. Ces fameux tauliers (style Akrour à Istres ou De Freitas à Angers). Ils ne seront pas présents pour instiller de cette expérience propre à cette « 2e division ». Cet apport sera missionné vers Grégory Cerdan, Frédéric Thomas (pourquoi pas une 3e montée avec Le Mans) ou Guillaume Loriot (passé par Clermont).Le rôle des actionnairesOn peut se prêter à quelques interrogations. A Reims, la descente en National a engendré une perte de 68 % des recettes. Les actionnaires ont fait l’effort suffisant pour combler ce manque à gagner. On est donc en droit de s’interroger si jamais l’affaire tournait mal en fin de saison. Le manque de moyens pourrait être alors être imputable aux bailleurs de fonds.Quels rivaux ?Assurément, Le Mans figurera dans le peloton des favoris. Même sans avoir pu ou su acquérir des apports rompus à la L2. Dans le top des recrues, Angers a fait très fort (Deroff, Gillet, Hénin voire Keseru déjà là la saison passée lors de la phase retour). Mais cela sera-t-il suffisant ? Boulogne et Grenoble descendent de L1. Metz a fini quatre fois au pied du podium. Angers, voire Tours et Clermont taquinent. La L2 est un univers impitoyable. Au Mans de s’y glisser habilement.Christian LOUIS

 

Connexion utilisateur
Vous pouvez vous connecter avec votre compte facebook.
Vous pouvez vous connecter soit avec votre nom d'utilisateur assigné, soit avec votre adresse e-mail.
Le champ mot de passe est sensible à la casse.